Le pantanal: 7 au 9 Octobre 2013

Jour 1 :

Apres une nuit passé dans le bus, j’arrive dans la vile de Quijarro situé à la frontière avec le Brésil au alentour de 7h00 du matin. Apres avoir rempli les différentes formalités administrative et fait changer le peu d’argent bolivien qui me restait, j’obtiens mon visa de 90 jours : me voila au Brésil et plus particulièrement dans  la région du pantanal sud.

Le pantanal est situé dans la région du mato grosso. On y trouve d’interminables plaines à la végétation de savane et le principale fleuve se nome le Rio Paraguay. La région ne compte que 4,5 millions habitants pour deux fois la taille de la France et offre l’une des plus belles réserves naturelle d’animaux du Brésil. Par rapport à l’Amazonie, il est ici extrêmement facile d’observer toucans, jaguars, aras, ibis, caïmans, cerfs, fourmiliers etc… Selon le guide du routard, il s’agit de l’une des plus fascinantes découvertes du continent sud Américain. Par contre, il s’agit également de l’une des régions les plus chers au Brésil.

Ainsi, pour me rendre dans la ville la plus proche du poste frontière, il me faut prendre un bus, et après 30 minutes de trajet j’arrive à Corumba. Autrefois, la ville fut l’un des plus importants ports fluviaux au monde. Aujourd’hui, elle doit sa richesse à l’exploitation du minerai de fer. Il n’y a pas grand-chose à voire dans cette ville, il s’agit plus d’une ville étape pour Campo Grande. C’est d’ici que partent la plupart des excursions pour le pantanal.

Je me dirige donc vers le terminal de bus et en cours de route je me fais accoster par un SDF qui parle Français et qui est originaire de Grèce. Je ne m’attarde pas trop et part prendre mon billet de bus, le prix est de 80 reals soit 27 Euros pour 4h de route. C’est la moitié de mon budget transport en Bolivie. Les prix sont juste incroyables. N’ayant pas suffisamment d’argent, je demande ou se trouve la banque la plus proche, et bien évidement celle-ci est situé à l’autre bout de la ville.

Au bout de 20 minutes, je ne trouve toujours pas la banque et fait donc demi-tour. En arrivant a proximité de la gare je vois une agence de voyage avec le nom de l’hôtel ou je souhaite aller dormir à Campo Grande. J’avais vu sur internet qu’il était possible de réaliser des excursions dans le pantanal depuis cet hôtel à des prix considéré comme low cost pour le Brésil. Je commence donc à discuté avec le guide qui m’indique qu’il travail effectivement pour l‘hôtel et qu’il est possible d’organiser  mon voyage depuis ici. Le pantanal étant situé entre Corumba et Campo Grande.

Apres quelques négociation, je book mon excursion avec eux. Je pars pour 3 jours explorer la région. Je logerai dans une pousadas écologique faisant partie de l’APAN une association de protection du pantanal et situé au bord du rio Paraguay.

Mon excursion commence des aujourd’hui. L’agence me réserve un billet de bus pour Buracco De Piranhas, il s’agit d’un lieu situé au milieu de nulle part, mais c’est de ce lieu que l’on part explorer la région. Avant de partir, je pose quelques questions sur le SDF qui parle français. Il m‘apprend qu’il s’agit d’un ancien routard ayant voyagé en Afrique puis qui est arrivé au Brésil il y’a 15 ans et qui est tombé dans le crack…Dur.

Apres avoir pris mon bus, j’arrive à Buracco De Piranhas et je suis pris en charge par des personnes travaillant pour l’agence. Je suis également rejoins par 4 Brésiliens de 20 ans qui sont en vacance et qui partent simplement se reposer dans la pousada. Ils ne feront aucune excursion.

Pour rejoindre la pousada, nous longeons la route « estrada parque do pantanal ». Il s’agit d’un morceau de l’ancienne route rejoignant Corumba à Campo grande et longue de 120 kilomètres et entièrement en terre. La route est traversée par plus de 87 ponts en bois. En effet, pendant la saison des pluies les plaines alentour sont complètement immergés et la route devient par endroit difficile d’accès.

En cours de route, nous apercevons des caïmans, des araras et des tuiuius qui sont le symbole du pantanal. Tous le long de la route nous croisons également différentes fermes. En effet, ici la principale activité est l’élevage. Les fermes sont immenses (plusieurs hectares) et les troupeaux de bovins pâturent librement.

Enfin, le soir nous arrivons à la poussada. Je rencontre deux Belges qui terminent leur séjour dans le Pantanal et repartent demain direction la Bolivie. Je passe la soirée avec eux. Par chance, Michelle me donne son guide du routard sur le Brésil. J’ai maintenant le guide du Brésil de l’Argentine et du Chili. Ca a du bon l’échange de livres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Pour mon second jour, je pars de bon matin en bateau longer le rio Paraguay. Je suis seul avec le guide qui ne parle ni anglais, ni espagnol. Néanmoins, nous arrivons suffisamment à nous comprendre.

Au cours de cette balade en bateau, j’aperçois un nombre incalculables d’animaux : oiseaux, caïmans par centaines. Nous apercevons également un nid de tuiuius. Effectivement, ici on n’a pas de mal à observer la vie animal. C’est vraiment fascinant. Mon guide est plutôt doué et me montre des animaux parfois bien caché et même en étant à 1 mètre d’eux, il faut qu’il s’y reprenne a plusieurs fois pour que je les aperçois enfin. Je ne sais vraiment pas comment y fait pour les apercevoir depuis le bateau.

Nous longeons ensuite une plaine ou il m’explique qu’ici pendant la saison des pluies, la zone est recouverte par plus de 3m d’eau. Le pantanal devient alors un immense territoire d’étangs et de marécages. C’est pourquoi, pendant la saison sèche, il est si facile d’observer les animaux. En effet, pendant cette période seulement quelques point d’eau subsistent (notamment le rio Paraguay), et la concentration des poissions y est alors élevé. C’est pourquoi on peut y apercevoir autant d’espèces d’oiseaux, de reptiles et de mammifères.

Vers 11h, nous retournons à la pousada ou je rejoins les Brésiliens avec lesquels je participe à un petit concours de tir.

Vers 14h, je pars avec un autre guide pour aller pécher le piranha. Apres plus de 2h30 de pèche la récolte a été plutôt bonne : 6 piranhas et trois poissons chat. Notre repas de ce soir.

Enfin, vers 20h, nous repartons en bateau pour observe la vie animal nocturne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Pour mon dernier jour, je repars sur la route « estrada parque do pantanal » pour encore une fois apercevoir pas mal d’animaux : toucans, tuiuius, arras, aigles…

La voiture s’arrête et je pars cette fois ci avec un autre guide pour une randonnée dans la forêt du pantanal. Durant notre promenade, je peux apercevoir différentes espèces de singes, perroquets et reptiles.

Vers la fin de la balade, je me fais piquer à la main par un insecte et je ressens tout de suite une violente douleur. Le guide me dit qu’il s’agit d’une espèce de guêpe du pantanal dont la piqure contient un peu de poison. Néanmoins, il m’informe que ce n’est pas dangereux. Pour le coup je lui fais confiance, même si je ne suis pas trop rassuré.

Enfin, en milieu d’après, je retourne à Buracco De Piranhas. Il s’agit de la fin de mon excursion dans le pantanal. De la, je prends une voiture qui doit m’amener à ma prochaine étape situé a environs 200 kilomètres: la ville de Bonito. Nous  y arrivons en fin de soirée.

Ainsi, le Pantanal est une très belle région et qui pour le coup permet de s’approcher au plus prêt de la vie sauvage animale. A puerto Maldonado, au Pérou j’étais heureux d’apercevoir un caïman. Pour le coup ici, j’en ai croisé des centaines.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités