Buenos Aires : 6 au 8 Novembre 2013

Buenos Aires est la capitale de l’Argentine et regroupe plus d’un tiers de la population. Il s’agit d’une immense métropole. Néanmoins, la plupart des sites touristiques se regroupent dans quelques quartiers facilement accessible à pied.

 Jour 1 :

Après 19 heures passé dans un bus, j’arrive dans la ville au alentour de 13h.  En général, les terminaux de bus sont situés dans des quartiers relativement pauvres et éloignés du centre. A Buenos Aires, c’est le contraire. Le terminal de bus se situe au nord de la ville, dans le quartier de retiro. Il s’agit de l’un des quartiers les plus chics de la ville.

Je profite donc d’être dans ce quartier pour le visiter quelques peu. Au bout d’un certain temps je décide de prendre le métro pour me rendre à mon auberge et y déposer mes affaires

Pour mon premier jour, je décide de partir à pied visiter le quartier de San Telmo. C’était un quartier chic jusqu’à ce qu’une épidémie de fièvre jaune à la fin du 19 siècle fasse fuir les riches dans le quartier de recoleta. Situé au sud du centre, ce quartier possède de beaux bâtiments anciens à l’architecture coloniale et peu de construction élevé. La plupart des ruelles sont pavée et les maisons basses conservent le charme d’antan. Aujourd’hui, on y trouve de nombreuses boutiques d’artisanat et hôtels. C’est également ici que vivent de nombreux expatrié.

Le cœur de San telmo est la Plaza Dorrego. C’est sur cette place que se déroulèrent de violents combats lors de l’invasion de la ville par les britanniques en 1806. Aujourd’hui, la place accueille chaque dimanche un marché d’antiquité très fréquenté. Le reste de la semaine, les restaurants y installent leur table.

Je décide ensuite de me rendre à Boca, quartier populaire. C’est dans ce quartier que se situe le stade La Bombenera où joua l’icone du pays : Maradona. Je continue la visite de ce quartier et me rend dans la rue Caminito. Il s’agit de la rue la lus célèbre du quartier. Pour y accéder, je dois traverser le quartier de Boca qui est un quartier pauvre et ou il y a peu a voire. Lorsque j’arrive enfin dans la rue Caminata, je découvre une horde de touristes attablé aux  tables des différents restaurants. Le contraste est saisissant. En réalité, la plupart des touristes viennent ici en taxi ou en bus touristiques et retournent ensuite vers le centre.

Je visite donc cette fameuse rue, on y trouve de nombreuses habitations coloré habité aujourd’hui par des artisans. Je décide de m’arrêter dans un des restaurants de la rue pour assister à un spectacle de tango.

En fin de journée, je retourne vers mon auberge, situé dans le microcentro. C’est ici que se trouve le cœur de l’activité. On  croise de nombreux employé en costumes cravates. J’en profite pour me rendre sur la plaza mayo. Cette place se trouve entre la casa Rosada (maison rose qui abrite les bureaux de la présidente Christina Kirchner), le Cabildo (l’hotel de vlle du milieu du 18 siècle et aujourd’hui devenue un musée), et la principale cathédrale de la ville. Au milieu de la place, se trouve également la « piramide mayo ». Il s’agit d’un obélisque édifié pour le premier anniversaire de l’indépendance du pays.

Le soir, je pars à mon auberge et y fait la rencontre d’un Français. Il vient tout juste d’arrive et s’apprête à voyager en Amérique pour un an.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Lorsque je me réveil, je constate qu’aujourd’hui il pleut. Il m’en faut néanmoins plus pour me démotivé et je pars a pied visiter la ville.

Je me rends dans le quartier congreso. C’est dans ce quartier qu’est situé le sénat, mais aussi les théâtres et cinémas. Pour m’y rendre, je dois traverser l’avenue « 9 de julio ». Il s’agit de la rue la plus large au monde. Elle comporte 20 voies à l’endroit le plus large.  Pour la traverser, il y’a 4 feux, et il faut bien compter une minute pour la traverser. Et quant il pleut, le temps parait long.

Je commence ma visite par le « palacio del congreso ».  Inspiré du capitol, il fut achevé en 1906. Souhaitant le visiter, je cherche à me renseigner et par chance une visite est organisé et commence dans 5 minutes. La visite s’avère fort intéressante. L’une des horloges est d’ailleurs célèbre en raison d’une  erreur de fabrication.

Je pars ensuite me promener dans la rue des théâtres et finis par arriver à l’emplacement de l’obelix, haut de 67 mètres. Les bâtiments aux alentours donnent un semblant de times squares.

Je continue ma visite de Buenos Aires par la rue piétonne Florida et retourne sur la place « De Mayo ». Je visite la cathédral. C’est ici que se trouve la tombe du général José de San Martin, le héro le plus révéré du pays. Sa tombe est d’ailleurs gardée par deux soldats en tenues traditionnels.

En début d’après midi, le temps restant maussade, je décide de partir visiter le musée « historico nacional ». Le musée est situé à l’endroit ou Pedro Mendoza aurait fondé la citée en 1536. Dans le musée de nombreuses peintures des héros de la nation.

Je retourne ensuite dans le quartier congresso pour me rendre sur la pace lavalle. La place est entouré par l’école « presidente roca », le palais de justice et le théâtre colon. Je cherche d’ailleurs à visiter le théâtre, mais je ne suis pas le seul à avoir cette idée. Il y’a 1h30 d’attente. Tant pis.

Je décide de me rendre dans un des lieux incontournable de Buenos Aires : Le cimetière de recolata. Pour m’y rendre, je retraverse le quartier de retiro et arrive enfin au cimetière. C’est ici que repose la plupart des grands hommes de la nation. Les allées sont bordées de statues et d’imposants tombeaux en marbres. On y trouve présidents, héros militaires, politiciens…La tombe la lus célèbre est celle d’Evita. Eva Peron est la star incontestée du cimetière. Le but du jeu, est de trouver ou elle est enterrée. Lorsque j’ai visité le cimetière, tout le monde cherchait son tombeau. C’était assez marrant.

Situé à proximité, se trouve la faculté de droit. Celle-ci est immense. Je pars la visiter. Les salles de classes sont assez vieillottes avec des pupitres et tables en bois. Par contre, en plein milieu du bâtiment, une immense piscine fermé simplement par des baies vitrées. Depuis les couloirs on peut voire les personnes nagé. C’est assez surprenant.

Enfin, pour ma dernière visite de la journée, je me rends au musée nacional Bellas Artes. L’un des plus beau musée d’art du pays. Il possède de nombreuses œuvres de peintres célèbres dont notamment des Monet, Manet, Renoir, Picasso, Gauguin….

Ainsi, malgré le temps, j’ai tout de même put bien visiter la ville. Mais bon, avec un temps gis, tout parait un peu plus tristounet. D’une manière générale, j’ai trouvé que l’architecture de la ville rappelle celle d’une ville Européenne avec de nombreux bâtiments de type haussmanniens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Pour mon dernier jour à Buenos Aires, je décide de me rendre avec deux français rencontré à l’auberge dans le quartier de Palerma. Ce quartier est célèbre pour ses grands parcs verdoyants. Le quartier abrite également de nombreux musées. Malheureusement le temps reste maussade, mais au moins il ne pleut pas.

Nous commençons notre visite du quartier par le jardin botanique et nous rendons ensuite au jardin Zoologique. Ce parc abrite plus de 350 espèces d’animaux.

Nous nous rendons ensuite au jardin Japonais. Ce jardin, est l’un des plus soigné de la capitale. Tous les jardiniers sont d’origine japonaise. On y trouve de nombreux bonzaï à acheter. On se croirait au pays du soleil levant.

En fin d’après midi, nous nous rendons au musée d’art latino américano. Il s’agit d’un musée d’art moderne.

Tout au long de la journée, on croise de nombreux argentin buvant une sorte de thé avec leur thermos à la main. Ici, le maté est énormément consommé. La yerba mate est une feuille d’ilex paraguayensis, proche du houx, séché et hachée. Enormément d’argentin se promène avec leur thermos et verse le récipient dans une sorte de bol en bois. Ils aspirent le liquide avec une bombila, une paille en argent doté d’un filtre bulbeux à son extrémité afin d’empêcher les feuille de yerbe d’entrer dans la paille.

Le soir, je dois retourner à l’auberge. Ce soir je prends un bus de nuit direction l’Uruguay et sa capitale Montevideo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.