Puno et le lac Titicaca: 7 au 9 septembre 2013

Jour 1 :

Apres près de 13h de bus, j’arrive à Puno, ville située à 3800 mètres d’altitude et située au cœur de l’altiplano. C’est une étape incontournable si l’on souhaite découvrir le célèbre lac Titicaca.

Dès ma sortie du bus, je me fais accoster par une personne qui me propose de partir en excursion 2 jours sur les Iles du lac. Le prix et l’offre tant intéressante j’accepte. Je partirais donc le lendemain à la découverte du lac.

En attendant, je pars déposer mes affaires dans une auberge et en profite pour visiter la ville. Je commence par me diriger vers le mirador de la ville pour pouvoir avoir une vue à 360 degré. Je pars ensuite sur la place d’arme qui entoure la cathédral.

Etant samedi, c’est jour de marché, j’en profite pour déambuler dans les différents stands.

Je termine ma journée en me baladant au hasard dans la ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Avant toute chose, en 1972, ma mère est partie visiter l’Amérique du Sud. Je réalise une partie de l’itinéraire qu’elle a fait il y’a de ca 41 ans, et notamment le fameux lac Titicaca. Ci-joint, un petit montage. La boucle est bouclée.

MONTAGE (2)

Des 7h30, le bus vient me chercher à mon auberge. Au cours de ces 2 jours, nous serons une 20 à voyager ensemble dont 9 Français moi compris.

Des 8h, nous prenons le bateau en direction des Iles Uros et commençons à longer le lac. Celui-ci est situé à 3800 mètres d’altitude et est le plus haut lac navigable au monde. Il fait 200 km de long pour environs 8400 km2 et peu atteindre une profondeur de 275m. Quant on navigue dessus, on a du mal à réaliser qu’il s’agit d’un lac et non pas d’une mer.

Apres plus d’1 heure de bateau nous arrivons enfin sur l’une des iles Uros (ou iles flottantes). On en dénombre une soixantaine pour une population estimée à 2500. Les iles sont constituées de différentes couches de roseau et sont fixé à des bambous pour éviter qu’elle ne se déplace au gré du vent.

Les  habitants des iles vivent de la pèche mais surtout du tourisme. Ainsi, les touristes sont répartis par rotation. Que l’on arrive par bateau (collectivo) ou bien par une agence on ne sait jamais sur qu’elle ils on tombera.

Lorsque nous arrivons sur l’Isle, celle-ci mesure dans les 30m2 et se compose d’une dizaine de hutte. Devant chaque hutte, on trouve un stand de souvenir avec différents produits à acheter. Par la suite un des habitants de l’Isle nous présente les coutumes de l’Isle. Apparemment, touts les iles procèdent de la même manière. C’est un peu un piège à touriste, mais c’est tout de même intéressant à faire.  De plus, lorsque l’on marche sur les roseaux, l’impression est assez étrange.

Vers 11h, nous nous dirigeons vers l’ile Amantani. C’est sur cette ile que nous serons accueillis par une famille locale pour y passer la nuit. Ici, tout comme sur les Iles Uros, le logement des touristes est géré de manière collective et sur un système rotatif.

L’Isle est habité par 10 communautés et se compose d’environs 4000 habitants. Aujourd’hui, c’est au tour de la communauté Colquecachi. Des notre arrivé sur l’ile, nous somme répartis par groupe de 3 et nous somme pris en charge par la famille chez qui on dort. Vers 14h   nous mangeons avec eux. En raison des rotations, la famille chez qui je réside ne reçoit des touristes qu’une fois par mois. Pour le coup, on est réellement immerger dans la vie d’une famille locale.

En milieu d’après midi, je pars seul visiter l’ile et notamment les ruines de deux temples qui domine l’ile : Pachamama et Pachatata (4200 mètres). J’en profite pour assister à un magnifique couché de soleil.

Le soir, je retourne manger avec la famille et l’on se rend bien compte des conditions difficiles dans laquelle ils vivent. Les habitants de l’ile sont en général très pauvres et vivent de l’agriculture, de la pèche et du tourisme. Le père de famille à trois métiers en même tems et pars parfois à Puno travaillé dans la construction.

En fin de soirée, la communauté organise une petite soirée, ou chacun doit s’habiller de costume traditionnel avec orchestre musique et danse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Pour notre second jour, nous quittons notre famille d’accueil et nous dirigeons sur une autre ile du lac : l’Isla Taquille.  Toute comme pou Amantani, les habitants vivent sous un régime communautaire. Ici, en fonction de vos habits, on peut dire si vous êtes célibataires ou marié. Les récoltes et bien sur l’argent du tourisme est également répartis de manière collective. Ici, il n’y a pas de police, toutes les décisions sont prises de manière collective…

Le midi, nous partons vers un restaurant pour manger une truite du lac et nous retournons ensuite vers Puno.

Ces deux jours sur le lac auront été tes enrichissant, et la rencontre avec la famille vraiment particulier et enrichissant.

En fin d’après midi, je prends un collectif pour la ville de Yunguyo, situé à la frontière de la Bolivie. J’y passe ma dernière nuit au Pérou avant de rejoindre la Bolivie le lendemain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités