Blue Mountains: 6 au 7 Fevrier 2014

Jour 1:

Apres une nuit passée dans le bus, j’arrive à Sydney vers 10h. Je décide néanmoins de ne pas m’y attardé et pars prendre un train (le premier depuis le début de mon tour du monde) en direction de Katoomba situé dans les « blue Mountains ».

Les montagnes Bleues, inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000, sont situées à environ 100 kilomètres à l’ouest de Sydney. Il s’agit d’une chaîne de montagnes de grès qui atteignent 1 111 mètres d’altitude à leur point culminant, et forment une partie de la Cordillère australienne qui longe approximativement l’est et le sud-est de la côte australienne sur environ 3 000 kilomètres.

Après plus de deux heure de trajet, je dépose mes affaires à l’auberge et pars en direction du site emblématique de la région : les « Three sisters ». Les  Trois Sœurs est un rocher qui touche les contreforts d’une falaise qui surplombe la vallée Jamison, se détachant ainsi sur un paysage magnifique.

Je pars ensuite en direction d’un sentier qui débute par un escalier de 800 marches, le Giant Stairway. Celui-ci permet de descendre depuis l’un des trois rochers vers le fond de la vallée et notamment la forêt de Laura. Il s’agit d’une forêt d’eucalyptus.

Le sentier longe ensuite différentes cascade et offre différentes vues panoramique sur la région. Le paysage est à couper le souffle.

En chemin, je fais la rencontre de Paul (Néo-Zélandais), et passons le reste de la journée ensemble.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Ce matin, je décide de partir longer un sentier d’une quinzaine de kilomètre. J’avais donné rendez vous à Paul pour que l’on fasse ensemble cette randonnée. Néanmoins, lorsque nous arrivons au début du sentier, mon appareil photos ne marche pas. Il ne détecte plus la carte mémoire. Ainsi après presque 20 000 photos, quelques chutes et pas mal de rayures, c’est ainsi que mon appareil rend l’âme.

Par chance, lorsque j’étais à Brisbane, Philippe m’avais offert un de ces anciens appareils photos. Je suis donc parti le chercher. Ainsi, ce n’et que vers 11h, que nous partons en direction de ruined castle. Nous sommes rejoins par Liz que Paul avait rencontré a son auberge.

Nous débutons notre randonnée par le Katoomba scenic railway. Il s’agit du chemin de fer le plus incliné du monde selon le Livre Guinness des records, qui faisait partie à l’origine du tramway de mine de Katoomba, construit entre 1878 et 1900. le chemin de fer descend de 415 mètres sur des falaises de grès, via un tunnel au gradient impressionnant : 52 degrés.

Le sentier longe ensuite la forêt et nous offre différents vues sur les parois rocheuses alentours. Pour le coup, je suis vraiment sous le charme de cette région. Les paysages sont vraiment splendides.

Après deux heures de marche, nous finissons par arriver au lieu dit. Il s’agit d’un important bloc de pierre. Paul et moi décidons de l’escalader. Du sommet, nous avons une vue à 360° sur la région. Juste magique. Après cela, nous faisons demi-tour en direction de la ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Byron Bay: 4 au 5 Février 2014

Jour 1 :

Ce matin, je prends le bus direction Byron Bay. Situé à 200 km au sud de Brisbane. Entre mon escale a Brisbane et le décalage horaire, ce n’est qu’a 17h que j’arrive à mon auberge. J’aurais donc passé une très grande partie de ma journée dans le bus.

Byron Bay est une ville côtière de 5000 habitants et est la ville la plus à l’est du « continent » australien. La ville doit son nom à la présence à côté d’elle du cap Byron, appelé ainsi par le capitaine James Cook en l’honneur du navigateur John Byron, grand-père du poète Lord Byron. Le cap Byron possède un phare depuis 1901. Ce phare est le plus puissant d’Australie (2,2 millions de candelas ; il est visible à 27 milles nautiques). La ville est également un lieu touristique important avec ses longues plages qui attirent de nombreux surfeurs.

Je décide de partir longer une des plages de Byron et qui me mène jusqu’au cap Byron. De la, j’assiste à un magnifique couché de soleil. Je pars ensuite longer les différents plages qui bordent la ville et retourne ensuite à mon auberge.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Pour mon second jour, je décide de refaire le même chemin que la veille, mais cette fois ci de jour. Je retourne ainsi de nouveau au cape Byron. Je me prends en photo à l’endroit le plus à l’est du « continent » australien et longe ensuite le bord de cote ou j’aperçois plusieurs dauphins.

Vers 13h, je pars louer une planche de surf et passe le reste de l’après midi à surfer. Bien évidement, c’est quant je suis dans l’eau que le temps se couvre et qu’il se met à pleuvoir. Néanmoins, les intempéries on l’avantage de créer de belle vagues.

Vers 16h, après plus de 3 heures dans l’eau et plutôt fière de moi (j’ai quelques bon reste depuis le temps), je retourne à mon auberge. Ce soir, je prends un bus de nuit direction Sydney.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fraser Island: 2 au 3 Février 2014

Jour 1 :

Le réveil me tire dut lit aux alentour de 7 heure. Ce matin je pars en direction de Fraser Island. L’île Fraser est la plus grande île de sable du monde avec une superficie de 1 840 km2, une longueur de 123 kilomètres, une largeur d’environ 25 kilomètres et un point culminant atteignant 260 mètres d’altitude. Forêt pluviale, fougères géantes, palmiers et eucalyptus poussent sur cet immense banc de sable. L’île a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1992.

L’île Fraser est située au large de la côte Est de l’Australie près de Maryborough, à  une centaine de kilomètres de Noosa. Ainsi, dans un premier temps, nous prenons un minibus qui nous dépose à rainbow beah.

La particularité de cette excursion, est de pouvoir conduire un 4×4 sur les « routes » sableuse de fraser Island. En effet, il faut savoir que seuls les véhicules tout terrains sont capables de se déplacer sur les pistes de sable et les plages de l’île. Ainsi, on nous remet les clefs de nos voitures respectives. Il y aura en tout deux véhicules : la voiture de tête conduite par notre guide ainsi que 4 personnes ne souhaitant pas conduire ou n’ayant pas l’âge requis (21 ans). Nous serons donc 6 à conduire le second véhicule. Au cours de ces deux jours, chacun conduira au minimum 1h30.

Pour nous rendre sur l’ile, il nous faut tout d’abord prendre un ferry, et après 20 minutes de traversée nous arrivons enfin sur Fraser Island.

Au cours de cette journée, nous roulons sur l’une des centaines pistes de sable qui relient les lacs, forêts  vierge et d’autres attractions naturelles qui composent l’Isle. Nous faisons un premier arrêt pour nous rendre dans un lac situé à l’intérieure des terres. Celui-ci est entouré d’impressionnantes dunes de sable formées par les vents.

Nous reprenons la route et croisons différents dingos (sorte de chiens sauvages) qui vivent sur l’Isle. Ce sont parmi les derniers dingos de race pure d’Australie et c’est pourquoi, afin d’éviter tout croisement, les chiens ne sont pas autorisés sur l’île. Il est par ailleurs demandé aux touristes de ne pas nourrir les dingos afin de conserver leurs réflexes d’espèce sauvage et ne pas les habituer à se rapprocher de l’homme.

Nous faisons ensuite un second arrêt niveau de l’épave d’un bateau : le Maheno. Il s’agit d’un navire, construit en 1904 en Écosse. Il a été utilisé comme navire-hôpital lors de la Première Guerre mondiale. Le 8 juillet 1935, le SS Maheno fut pris dans un cyclone s’échoua sur l’île Fraser.

Nous nous dirigeons ensuite vers un cours d’eau : Eli Creek, sur la côte est de l’île. C’est un autre site de baignade très populaire. Il s’agit de se laisser flotter le long du cours d’eau et un léger courant nous amène jusqu’au niveau de l’océan.  On y trouve également une promenade en bois qui s’enfonce dans la forêt tropicale de l’île

En fin de journée, nous partons en direction de notre auberge. Ce soir c’est l’anniversaire de Pedro. Nous passons la soirée à fêter ses 28 ans.

Aujourd’hui, je n’aurai pas conduit, j’ai préféré attendre demain. Les trois personnes qui ont conduit aujourd’hui ne s’en sont pas trop mal tiré, mais si apparemment ce n’est pas si simple de bien contrôler le véhicule.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Ce matin, nous partons en direction de lac Mckenzie. Il faut savoir que L’île concentre la moitié des lacs dunaires d’eau douce perchés du monde (environ 40). Ces lacs se forment lorsque la végétation, se développant dans une dépression de la dune, crée une retenue d’eau de pluie. La plage est d’un blanc éclatant et l’eau d’une parfaite limpidité. Malheureusement, le temps est légèrement couvert, et quelques goutes font leurs apparitions.

Après cette baignade, je prends enfin le contrôle du véhicule. Je conduis à travers la « rainforest » sur une piste sableuse. J’ai beaucoup de mal a contrôler le véhicule et a garder les roues droite : j’ai le volant qui pars dans tous les sens. Néanmoins, après quelques minutes, je finis par m’y adapté. Les sensations sont vraiment bonnes. C’est une expérience plutôt sympa.

Je me dirige vers « Central station ». Il s’agit d’une gare de chemin de fer. En effet, une exploitation extensive fut pratiquée au milieu des années 1900. Des voies ferrées furent installées à l’époque pour faciliter le transport mais furent enlevées plus tard. Aujourd’hui, cette ancienne gare est le centre d’un réseau de chemins de promenade qui permettent d’apprécier la diversité botanique de l’île. Une des plus rares espèces de fougère pousse en bordure de forêt pluviale.

Je rends le volant et nous partons en direction de notre auberge ou un très bon repas nous attend. En début d’après midi, je reprends le volant pour nous rendre en direction du ferry. Cette fois ci, je conduis le long de la mer, sur du sable mouillé. C’est nettement plus simple pour conduire.

Nous finissons par prendre le ferry. Au cours de la traversé nous apercevons plusieurs dauphins. Enfin, nous finissons par arriver à Rainbow beach, ou notre minibus devant nous ramener à Noosa nous attend.

Le soir, nous fêtons ces deux jours autour d’un bon restaurant. Ainsi, ces deux jours sur l’ile auront été très agréables. L’ile est magnifique, mais le fait de pouvoir conduire aura également été vraiment cool.

Ce diaporama nécessite JavaScript.