Kalaw : 23 au 25 Février

Jour 1

Ce matin nous nous levons au alentour de 7h. Aujourd’hui nous partons prendre un bus pour Kalow. La région offre  d’intéressants treks aux voyageurs qui aiment marcher dans une nature vierge. Les filles quant à elles, ont préféré prendre un bus de nuit, mais qui arrivait à 2h du matin.

En prenant notre petit déjeuner, nous discutions d’une conversation que nous avion eu la veille concernant un backpacker assez célèbre qui s’est fait tatouer une carte du monde sur le dos et qui depuis colorie chaque pays qu’il visite, et a quelle point ca pourrait être sympas de faire la même chose. Et aussi incroyable que cela puisse paraitre, il s’est avéré que la personne assise juste à coté de nous, était la personne dont nous étions entrain de parlé. Il nous a même montré son tatouage. Il était avocat, a tout quitté et tout vendu, a ut son premier passeport à 53 ans et depuis 7 ans il fait le tour du monde. Il en est à un peu plus de 70 pays.

Apres avoir discuté quelques peu avec lui, nous partons prendre notre bus. Le trajet devait durer environs 6h. Malheureusement, en cours de route et en plein milieu d’une ville, le bus a renversé un scooter mais sans gravité. La police est arrivé…Bref on a perdu 2h, et ce n’est que vers 16h, que nous sommes enfin arrivé à Kalaw.

Il s’agit d’une petite ville paisible, située à 1300 mètres d’altitude et entourée de forêts de pins. C’était une station d’été à l’époque coloniale en raison de son climat agréable et de son paysage. Les montagnes sont habitées par les ethnies Palaung qui vivent de la culture des mandarines et du thé.

Nous partons retrouver Monica et Leila a la guest house que nous avion réservé. Elles se sont occupées de réserver un guide pour notre randonnée de deux jours. Il ne nous reste plus qu’à allé payer. Plutôt cool.

Le soir, on part mange dans un petit resto de rue, ou l’on mange un plat typique du Myanmar : Des nouilles avec légumes, œuf et poulets servit avec une soupe et différents apéritifs et un jus de fruit. Le tout pour 1€.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

A 8h, nous partons en direction de l’agence pour rejoindre notre guide. Elle s’appelle Sonya, a 21 ans et est originaire du coin. Nous serons en tout 6 à voyagé avec elle, nous et un couple d’américain vivant en Australie depuis une vingtaine d’année.

Pour rejoindre le départ de la randonnée, il nous faut prendre un songthaew qui nous amène à proximité d’un petit village. C’est d’ici que débute notre parcours.

Tout au long de la matinée, nous longeons un sentier de terre qui nous offre une vue magnifique vue sur la région alentour : une succession de montagne et champs agricole. Nous apercevons ainsi de nombreux agriculteurs travaillant la terre ou s’occupant du bétail. Néanmoins, étant en saison sèche, la plupart des terres sont arides et donc tout est complètement asséché.

En milieu de matinée, nous traversons de nouveau un village habités par une des nombreuses ethnies de la région et faisons la rencontre de  la matriarche. Celle-ci nous offre thés et biscuit. Ici l’espérance de vie est d’environs 70 ans, ce qui est plutôt pas mal. Ils ne manquent pas de nourriture, car il cultive la terre et s’auto suffisent. Ils vendent également des écharpes et sacs aux villes alentour. Néanmoins, la plus part des enfants ne vont à l’école que jusqu’à 10 ans (l’école y est gratuite). En revanche, lis ne vont as au lycée car cela couté 10 dollars par an.

Nous continuons ensuite notre randonnée et sommes accueilli de nouveau chez un habitant avec qui nous partageons le repas.

En début d’après midi, nous reprenons la route et traversons de superbe paysage. Nous traversons différents riziculture, et champs de piments. Nous rencontrons que peu d’autres randonneurs, ce qui n’est pas pour me déplaire.

En fin de journée, nous arrivons chez l’habitant chez qui nous allons passer la nuit.  Il s’agit d’un petit village situé au sommet d’une montagne. Lorsque nous arrivons, nous découvrons pas mal de maison en construction. En effet, l’activité touristique étant en plein boom, ils construisent de nombreuses guest house. Ca dénature le cadre, mais bon c’est comme ca.

En fin de soirée, après un très bon repas, nous sommes rejoints par le propriétaire des lieux. Ils nous jouent de son accordéon, et nous fait gouter à de l’alcool de riz. Cela ressemble ) du saké mais en moins bon. Nous partons ensuite nous coucher. Ce soir nous dormirons tous dans une même pièce, à même le sol.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Aujourd’hui départ matinale. Ces vers 7 heures que nous quittons les lieux. Nous continuons notre randonnée à travers montagnes et forets.

En cours de route, nous partons à la rencontre d’enfant dans leur école. Ils sont entrain d’apprendre quelques bases d’anglais.

Apres envions 12 kilomètres de marches, nous arrivons à proximité du lac « Inle Lake ». Il s’agit du second plus grand lac du pays, avec une surface estimée de 12 000 hectares, et un des plus hauts, à 884 m. Sa profondeur moyenne n’est que de 2,10 m à la saison sèche (profondeur maximale : 3,60 m) mais elle peut dépasser 4 m à la saison des pluies. C’est une destination touristique majeure du pays

Le lac Inle abrite de nombreuses espèces endémiques, notamment plus de 20 espèces de gastéropodes et neuf espèces de poissons. La population (environ 70 000 personnes) est constituée principalement d’Inthas. Ils vivent dans quatre villes au bord du lac, et dans de nombreux petits villages sur ses berges et sur le lac lui-même, dans des maisons de bois et de bambou tressé sur pilotis. Ils sont surtout pêcheurs et fermiers.

Pour rejoindre notre guest house, il nous faut prendre un petite embarcation a moteur qui nous fait traverser une partie du lac. Tout au long de la traversé, nous pouvons apercevoir différents pécheurs. Ici, les pêcheurs rament d’une façon unique, debout sur une jambe à la poupe et l’autre enroulée autour de la godille. Ceci leur permet de voir au-dessus des plantes qui couvrent une grande partie du lac (cependant les femmes rament de la manière courante, à la main, assises les jambes croisées à la poupe).

Vers 17h, nous arrivons à notre guest house situé dans la ville de Nyaungshwe. Il s’agit plus d’une suite d’hôtels plutôt luxueux avec pas mal de restaurant et agence touristique. Nous  faison ensuite nos adieu à notre guide et partons nous promener dans la ville.

Au final, ces deux jours auront été très agréable et nous a permis de découvrir quelque peu la manière dont vivent les habitants du coin. Je suis juste curieux de savoir ce que va devenir cette endroit dans quelques années. Probablement une sorte de « dysneyland ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.