Les rizières du dos du dragon : 31 mai au 1 Juin 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 1 : Dazhai

Ce matin, nous nous levons de bonne heure pour nous rendre dans les rizières en terrasse du dos du dragon et notamment au village de Dazhai. Les rizières en terrasse du dos du dragon ou rizières en terrasse de Longji  est un ensemble de terrasses construites pour cultiver le riz, sur les pans de collines, à 80 km de Guilin. Ainsi, étant donné que je suis obligé de repasser par Guilin, je laisse mon gros sac à l’auberge et ne prend que le strict minimum.

Considérées comme les plus belles rizières de Chine, les rizières en terrasse du dos du dragon sont parmi les attractions les plus visitées du pays durant toute l’année. Elles offrent aux yeux du visiteur un spectacle rare d’une nature façonnée par l’être humain.  On peut voir ces célèbres rizières en terrasse dans les villages de Pingan et de Dazhai. Ces deux hameaux sont séparés par une distance d’une dizaine de kilomètres. Les rizières en terrasse peuvent être contemplées à partir des sommets qui les surplombent, à une altitude variant de 300 m à 1 100 mètres. Les rizières occupent en totalité une surface de 66 km2.

Pour nous rendre à Dazhai, deux option : un bus direct ou bien prendre un bus local mais il faut prendre un second bus en cours de route. Nous prenons l’option directe, plus rapide et pas bien plus chère. C’est donc vers 12h que nous arrivons à Dazhai.

Nous débutons l’ascension de ces terrasses. Notre première destination est le pic du Bouddha (Golden Budha Peak). Pour s’y rendre il est possible de prendre un téléphérique qui vous emmène directement au sommet (les Chinois n’aiment pas marcher), ou bien s’y rendre à pied par un chemin de pierres et d’escaliers qui grimpe plutôt raide. Bien évidement, c’est à pied que nous nous y rendons. Le temps n’est pas clément, et une brume recouvre les montagnes avoisinantes. De plus, le mois de Juin n’est pas la meilleur période pour s’y rendre et les rizières ne sont pas encore cultivées. Il n’y ainsi aucun riz de planter. Il s’agit ainsi plus de terrasse sans riz. Ainsi, le site au lieu d’être d’un vert éclatant est plutôt marron et boueux. Néanmoins, la vue sur ces terrasses est tout de même spectaculaire et le dénivelé impressionnant.

Nous nous rendons ensuite sur le deuxième pic de la région : le pic de la « musique » (West Hill Music). Pour nous y rendre nous traversons les terrasses et plusieurs villages situés dans les alentours. La vue depuis ce sommet est encore plus impressionnante et vue qu’il n’y a aucun téléphérique pour s’y rendre, il y’a nettement moins de monde.

Enfin, nous terminons par le dernier pic Layer Terrasses. Ces rizières sont vraiment impressionnantes. Néanmoins, je dois dire que j’ai préféré les rizières de Sapa, plus coloré et plus authentique. Ici, on n’a l’impression qu’il s’agit plus d’une attraction touristique que d’autre chose.

Vers 16h, nous décidons de partir en direction du Village de Pingan, situé sur l’autre versant de la montagne et à environs 8 kilomètre de la ou nous sommes. Pour nous y rendre, nous longeons de nombreuses terrasses et villages dont notamment le village de Tantlou et Zongliu. Il est notamment possible de loger chez l’habitant, et c’est ce que nous souhaitons faire. En chemin nous croisions une femme habitant dans le village de Zongliu et qui nous propose de venir chez elle. Vu qu’il est déjà presque 18h30, on accepte avec joie sa proposition. On se retrouve donc à partir en direction des sa maison. Celle-ci est gigantesque, chacun à le droit à sa chambre privé et à la télé dans le salon : le grand luxe. Par contre, ce qui est dommage, c’est que personne ne parle anglais et c’est donc presque impossible de communiquer avec eux. Vers 20h, on nous apporte un très bon repas puis partons-nous couché.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 : Pingan

Ce matin nous nous réveillons vers 6h et débutons notre randonnée. Il nous reste 3 kilomètres à parcourir pour nous rendre à Pingan et prendre le bus de 9h devant nous ramener à Guilin.

Malheureusement, le temps n’est pas de notre coté et c’est sous la pluie que nous sillonnons le sentier. Heureusement j’avais prévu la cape de pluie. Le sentier nous amène au sommet du village de Pingan et avons ainsi droite à une très belle vu des terrasses (Seven star around the moon).

Nous traversons ensuite le village de Pingan et partons en direction de l’arrêt de bus. Par contre il n’y a pas de bus direct. Il faut prendre un premier bus qui nous  emmène au pied de la montagne, puis un second bus pour Guilin. Par chance, une voiture nous propose de nous ramener (moyennant finance) jusqu’au pied de la montagne. Vu que cela nous revient moins cher que le bus, on accepte.

A peine arrivé au pied de la montagne, sur l’artère principal qui rejoint Guilin, nous apercevons le bus et lui faisons signe de s’arrêter. Le timing ne pouvait pas être plus parfait. Nous arrivons ainsi à Guilin vers 11h, partons manger et prendre des affaires de rechanges.

Vers 14h, nous prenons de nouveau un bus, nous amenant cette fois ci dans la ville de Yangshuo. Cette ville était autrefois un petit village devenu aujourd’hui l’un des sites les plus visités de Chine. La ville regroupe aujourd’hui un nombre incalculable, d’hôtels, magasins de souvenir, restaurants et bars. Néanmoins, l’intérêt principal réside dans ces environs. Tout comme Guilin, la ville est entouré de formations karstiques et il y est possible de faire de très belles balades en vélo dans  les rizières ou encore de parcourir la rivière  Lijiang en bateau et découvrir des villages encore intact et préservé du tourisme de masse.

Ainsi, après avoir déposé nos affaires dans une auberge indiquée dans le Lonely Planet (monkey jane), je pars me promener dans la ville. Quant à Javier et Marta, ils décident de se reposer. Je pars ainsi me promener, dans les rues commerçantes de la ville puis pars en direction d’un pic que m’avait indiqué une personne de l’auberge : le pic Belian. Il s’agit d’un pic d’où l’on a une vue d’ensemble sur Yangshuo. Pour y parvenir il faut grimper des centaines de marche. Arrivé au sommet, je tombe sur une grille avec derrière une maison. Il s’agit d’un gardien qui s’occupe de surveiller les antennes parabolique situé au sommet du pic. Moyennant 5 yuans, il me laisse entré et découvre ainsi une très belle vue de la région et la ville. Je reste ici jusqu’au couché du soleil. Malheureusement, celui-ci est caché par des nuages.

Vers 19h, je finis par redescendre et pars à la recherche d’un restaurant. Malheureusement ici les prix sont nettement plus chers et je finis donc par me retrouver au Macdo. Enfin, je pars me promener dans la rue  Xijie, qui est la rue commerçantes de la ville et pars me coucher.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités