Bariloche : 7 au 9 Décembre 2013

Jour 1 :

Ce matin je décide de me rendre à la Feria Artisanal.  Un jour sur deux, les artisans de la région vendent leur produit le long de la place principale. Ce marché peut rassembler jusqu’ a 300 artistes et artisans qui fabriquent et vendent  toutes sorte d’objets. Depuis le début de mon voyage en Argentine, je cherchais à acheter un bracelet avec le nom du pays inscrit dessus. Je tombe sur quelqu’un qui vend des bracelets sur lesquelles il est possible de faire inscrire son prénom. Cela lui aura pris à peine 10 minutes pour écrire « Argentine ».

Vers midi je prends un bus direction Bariloche. Il s’agit d’une ville de plus 140 000 habitants, située en plein cœur de la région des lacs. La ville est construite au bord du lac Nahuel Huapi, qui fait près de 500km². Celui-ci est le plus grand de la région. Il est entouré par de nombreux pics montagneux dépassant les 2000 mètres d’altitude. La région est ainsi très fréquentée en hiver, en raison des pistes de ski, qui sont parmi les plus renommées en Argentine. Enfin, c’est aussi la capitale Argentine du chocolat.

Dans les années 50, Suisses et Allemands s’y sont expatriés en masse et on ressent grandement l’influence de nos voisins européens : petit chalet en bois, boutiques de chocolats,… La région de Bariloche est même surnommée de « Suisse Argentine ».

Apres avoir déposé mes affaires, je pars faire un petit tour en ville, notamment dans le « centro civico ». Il s’agit du centre historique, avec une jolie petite place entourée de maisons en pierre et en bois. On peut y voire également de gros Saint-Bernard, qui trônent sur la place en attendant que les touristes se fassent prendre en photo avec eux. Et vu que c’est bientôt noël, j’ai également le droit à mon « sapin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Aujourd’hui je décide de faire l’une des attractions touristique phare de la ville : le « circuito Chico ». Situé à 18 kilomètres de la ville, il s’agit  d’un circuit long de plus de 30 km, et qui peut se faire en vélo. Celui-ci offre différents point de vue sur les lacs de la région.

Je passe par mon auberge pour louer un vélo. Le magasin de location est situé à 18 kilomètre de la ville, au départ du circuit. Lorsque j’arrive au magasin de location, je fais la rencontre d’une allemande qui vit en Suisse. Nous décidons de faire le circuit ensemble.

Tout au long du parcours, nous découvrons quelques beaux points de vue sur les lacs. Il nous faut parfois abandonner notre vélo pour parcourir certains sentiers uniquement pédestre. L’un des plus beaux points de vue est le sentier Llao Llao. La vue sur les lacs est incroyable.

Nous Partons également en direction de Colonia Suiza, il s’agit d’un petit village qui tient son nom des premiers colons Suisse. Aujourd’hui s’y tien une feria. J’en profite pour gouter à une spécialité locale : une pâtisserie au chocolat.

Il est 18 heures lorsque nous rendons nos vélos. Entre les balades a pied et le circuit Chico, nous aurons parcourus 43 kilomètres.

 Je pars ensuite en direction du Cerro Campanario. Un télésiège permet de grimper jusqu’au sommet sans se fatiguer, mais celui-ci a fermé il y a quelques minutes. Je décide donc d’emprunter  le sentier pédestre ! Le sentier passe à travers la forêt et débouche sur une vue panoramique sur les montagnes et les lacs environnants. Le paysage est encore une foi magnifique. Effectivement, la région des lacs porte plutôt bien son nom !

Le soir à l’auberge, je fais la rencontre d’un espagnole d’une quarantaine d’année originaire d’Alicante et qui parcours l’Amérique en vélo. Il a commencé, il y’a environs 6 mois et prévoit de continuer pendant encore trois ans et demie. Plutôt courageux. Le lendemain, j’avais prévu de me faire une randonnée d’une journée qu’il souhaitait également faire. Nous la ferons donc ensemble

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Ce matin nous partons en direction du refuge Cerro Lopez. Le départ du sentier est situé sur le circuit Chico au kilomètre 26. Pour pouvoir se s’y rendre, il faut prendre un bus qui ne part que tout les deux heures : il ne faut donc pas le rater.

Apres plus de deux heures de marche en pleine foret, nous arrivons au refuge Cerro Lopez. La vue sur les lacs est incroyable. Néanmoins, nous décidons de continuer l’ascension jusqu’au sommet de la montagne : de la un mirador offre une vue incroyable sur la région.

L’accès au mirador est relativement difficile et il nous faut parfois traverser des cols enneigé.

Arrivé au Mirador, la vue est magnifique. Néanmoins, nous décidons de continuer à longer la crête le plus loin possible et avoir ainsi une meilleure vue d’ensemble sur les lacs. Apres plus d’une demi-heure de marche, il ne nous est plus possible d’aller plus loin. La vue que nous avons est incroyable et compte parmi les plus belles de mon voyage. Nous restons un bon moment à admirer la vue puis rebroussons chemin jusqu’à mirador. Une chaise y a été installée : séance photo obligé.

Nous finissons par redescendre et repartons en direction du sentier. Il est 19h lorsque nous terminons la randonné et le prochain bus qui doit nous ramener à Bariloche ne passe qu’à 20h. Je m’essaye donc de nouveau au stop, mais encore une fois sans succès.  Finalement, nous prenons le bus et retournons à l’auberge.

Ainsi, cette journée aura été incroyable. Il s’agissait de mon dernier jour en Argentine et quelle journée…Demain, direction le chili et les Isle Chiloé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

El Bolson : 3 au 6 Décembre 2013

Jour 1 :

Aujourd’hui je m ‘apprête a parcourir en bus la route national 40. La RN 40 représente une sorte de rendez vous mythique pour les amoureux de la route. La lenteur et de mise, la météo peut être capricieuse et les graviers jouent parfois de vilains tours.

En haute saison, la compagnie de bus Taqsa assure des liaisons entre El clafate – El Chalten – Los Antguos – El Boslon et Bariloche.

Ainsi, âpres un réveil plus que matinal à 5 heure du matin, me voilà partis pour 21h de trajet ! En effet, pour rejoindre la ville d’El Bolson, située dans la région des lacs, il faut remonter une bonne partie de la Patagonie : plus de 1300km. Mais bon, âpres avoir passé plus de 33 heures dans un bus, 21 heure devrait passer assez rapidement.

Les premières heures, nous somme brinquebalé sur une route de gravier au milieu d’interminable étendue désertique. Décidément, j’ai vraiment du mal à me faire à ce paysage. Manque de chance, le bus dans lequel nous voyageons a la clime cassé et nous mourrons de chaud. En plus, la télé ne marche pas. Décidément, moi et les transports Argentin ca fait deux. Finalement ce n’est ni au Pérou ou en Bolivie que j’aurais eu le plus de problèmes, mais en Argentine. Vu le prix des billets de bus, c’est un peu du n’importe quoi.

La fin du trajet jusqu’à El Bolson se fait relativement sans encombre.

Jour 2 :

J’arrive à El Bolson avec 3 heures de retard. Cela m’arrange car nous étions supposé arrivés vers 3h du matin. Je pars en direction de l’auberge que m’avaient indiquée Guillaume et Natasha et y retrouve Kim et Lizlote. Nous sommes presque les seuls dans l’auberge.

El Bolsón est une petite ville pittoresque de la province de Río Negro. Il y’a 30 ans, la ville a été déclarée zone non nucléaire et municipalité écologique. Elle est située en Patagonie, dans le département de Bariloche, à l’extrême sud-ouest de la province. La ville s’st développé dans une cuvette entourée de montagnes et de nombreux lacs. Les premiers habitants de la région d’El Bolson étaient des immigrants allemands. Dans les années 1960, les hippies de Buenos Aires y ont migré. C’est aujourd’hui une destination populaire pour les étudiants argentins et quelques hippies internationales.

Juste à la sortie de la ville, part plusieurs sentiers de randonnée facilement accessible et qui traversent des paysages qui compte parmi les plus beaux du pays. Ainsi, pour mon premier jour, je décide de partir me promener en direction d’une cascade situé à 5 kilomètres de la ville. Pour m’y rendre, je parcours un sentier qui longe la forêt. Tout du long, on peut apercevoir différentes villa en bois. Le cadre de vie ici doit être vraiment agréable.

Apres être parvenus à la cascade, je décide de continuer ma promenade et de me rendre à la cabeza del indio. De la, on a une très belle vue panoramique sur la région.

Le soir, je retourne en direction de l’auberge.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

La région étant propice aux randonnées, je décide de partir faire une boucle de deux jours et de dormir dans un refuge. Je passe une partie de la journée avec Kim et Lizlote qui ont décidé de faire une partie du sentier avec moi pour ensuite faire demi-tour et retourner à l’auberge.

Nous partons en direction « del cajon de Azul ». Pour cela, il nous faut prendre un bus local à 7 heures du matin et qui parcourt les environs Del Bolson. Le bus met environs 1h30 pour parcourir 20 kilomètres. En effet, celui s’arrête très régulièrement pour prendre en route les différents habitants du coin. Nous sommes les trois seuls étrangers dans le bus. Cela change de l’accoutumée. Enfin, Il nous dépose au départ du sentier. Nous devons nous y enregistrer pour des mesures de sécurité. Nous sommes les premiers à nous enregistré. En effet, nous sommes encore en saison basse et il y a pour l’instant très peu de monde dans Le coin. De plus, El Bolson n’est pas encore une région très touristique.

Apres avoir parcourus quelques kilomètre, nous finissons par longer le canyon. L’eau y est bleu transparente et on peut y apercevoir quelque truites. Le paysage est magnifique. Nous longeons les gorges sur quelques kilomètres puis décidons de nous arrêter au niveau d’un bassin d’eau. L’eau a beau être très froide, je décide de prendre mon courage à deux mains et plonge dans l’eau. L’eau était particulièrement froide, mais ca valait la peine.

Jusqu’à maintenant nous n’avons croisé personnes et avons l’endroit pour nous tous seul. On en profite pour faire bronzette. En milieu d’après midi, nous nous séparons et je pars en direction du refuge. Pour cela je dois parcourir un sentier abrupte en pleine foret : plutôt difficile mais les paysages et la vue sont superbe. Apres deux heures de marche, je finis par arriver au refuge Natacion. Celui a vue sur un lac. Le coin est vraiment sympa.

Je passe la fin de journée à me promener dans les environs puis retourne dormir au refuge. En y arrivant, je découvre que ce soir, il n’y aura que moi et les deux saisonniers qui vivent au refuge pendant la saison touristiques. Le soir, ils me font gouter à une bière artisanale qu’il fabrique depuis ici : la bière est vraiment bonne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 4 :

Apres une nuit plutôt bonne, je laisse mon sac au refuge et pars en direction d’une lagune et d’un glacier situé à environs 2h30 de marche. Il me faut tout d’abord me diriger en direction du refuge Hielo Azul. Je dois de nouveau m’enregistre car l’ascension jusqu’au glacier est plutôt difficile surtout a cette époque ou il y a encore un peu de neige.

Le chemin qui mène au glacier est assez abrupt et est principalement constitué de petit bloc de pierre plutôt glissant. En chemin, je croise deux argentins qui ont un peu de mal à faire l’ascension et qui n’ont plus d’eau. En bon samaritain, je leur offre un peu de la mienne. Nous terminons ensemble l’ascension et arrivons à la lagune. Malheureusement, la lagune et le glacier sont recouverts par une couche de neige. La vue est tout de même sympa.

En fin de matinée, je repars en direction du refuge natacion. Lorsque j’y parviens, un des deux gardes est entrain de faire du kayak dans le lac. Je pars le rejoindre et en profite pour m’y baigner. L’eau y est nettement meilleure que dans le canyon.

Vers 15h, il me faut retourner en direction de l’entré du parc. J’arrive juste à temps pour prendre le bus de 6 heures qui doit me ramener à El Bolson.

Ainsi, ces deux jours dans le parc auront été vraiment sympas. Les paysages y sont très variés et par chance, il aura fait très beau.

Demain, direction Bariloche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

El Chalten : 29 Novembre au 2 Décembre 2013

340254

Jour 1 :

Aujourd’hui je me réveil de bonne heure et pars accompagné de Simon faire du stop. Nous marchons quelques kilomètres pour sortir de la ville et rejoindre la route qui mène à El Chalten. Nous posons nos sac et débutons notre recherche de véhicule. Malheureusement cette route est une route peut emprunter et principalement « touristique ». Et il n’a pratiquement que des cars de touristes qui la prennent. On ne croise aucun camion et aucun véhicule ne s’arrête.

Apres plus de trois heures sur la route à essayer d’arrêter un véhicule, je finis par renoncer et nous retournons dans la ville en direction du terminal de bus. Un bus pour El Chalten part d’ici une heure, j’achète mon ticket. Ainsi ma première expérience de stop en Argentine n’aura pas été des plus fructueuses. Je ne dois pas être doué pour ca. Tant pis, au moins j’aurais essayé. Je ne pense pas néanmoins renouveler l’expérience de sitôt. Au final, nous arrivons vers 16h à El Chalten.

El Chalten signifie « sommet de feu ». La ville a été créée en 1985 dans le but de consolider la présence Argentine sur ce territoire disputé par le Chili. La ville est situé dans le secteur nord du parque nacional « los glacieres » et accueil chaque année des milliers de randonneurs. La ville est d’ailleurs considérée comme la capitale argentine du trekking et est le point de départ de nombreux sentiers de randonnées balisé. De nombreux alpinistes viennent également ici pour tenter l’ascension du Fitz Roy culminant à plus de 3400 mètres d’altitude et emblème de la région.

Etant donné qu’il fait jours jusqu’à 21 heures, nous décidons de partir faire une petite randonnée de 2 heure aller retour et qui nous amène jusqu’à une belle cascade.

Le soir, nous retournons à notre auberge ou nous retrouvons Guillaume et Natasha qui étaient avec nous à El Calafate. Nous nous retrouvons également avec une douzaine d’Israélien qui voyage en Patagonie depuis une quinzaine de jours. Ils sont très sympas, mais avec eux c’est impossible de dormir. De ce coté la, ils ne sont pas très respectueux. Je fais également la rencontre de deux sœurs qui font un tour du monde depuis 9 mois et qui retourne en France d’ici trois semaines : Kim et Lizlote. Enfin, je fais la rencontre d’un allemand qui voyage depuis deux ans en stop. Il vient de faire la route El Calafate – El Chalten et c‘est fait prendre rapidement….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 : Randonnée à la “laguna de los tres”, au pied du Fitz Roy :

En nous levant, nous découvrons un ciel bleu complètement dégagé. La journée s’annonce magnifique ! Nous décidons alors de nous lancer dans une randonnée de 28km A/R qui mène à la “laguna de los tres”, juste au pied du mont Fitz Roy.

Nous commençons par grimper à travers une forêt, et parvenons à un mirador qui offre une superbe vue sur le Fitz Roy. La randonnée est magnifique et les vues sur le Fitz Roy sont à couper le souffle, nos sommes plutôt chanceux car le Fitz Roy est réputé pour être souvent perdu dans les nuages. Nous pouvons également apercevoir le glacier piedras blancas.

Nous reprenons notre route et parcourons un sentier abrupte qui monte en lacet jusqu’à la laguna de los tres. Il s’agit d’un lac aux eaux glaciales. Malheureusement, le temps s’est couvert et le fitz roy se retrouve dans les nuages. La vue vaut tout de même le coup. 200 mètres plus loin, se trouve une autre lagune aux eaux bleues turquoises : magnifique.

Sur le chemin du retour nous faisons un léger détour pour nous rendre au mirador du glacier de los piedras blancas. La vue est plutôt sympa.

Le soir, nous passons de nouveau la soirée avec Guillaume et Natasha ainsi que Kim et Lizlote. Nous faisons également la rencontre d’une russe qui vient de passer un an a travailler en Antarctique. C’est photos sont magnifique et donnent envie. Par contre elle nous dit que les touristes qui font l’antarctique ne restent à chaque fois que quelques heures sur les iles et le reste du temps sur le bateau. Mais apparemment, ca vaut le coup.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 : Rando à la “laguna torre”, au pied du Cerro Torre :

Aujourd’hui nous décidons de nous rendre à la “laguna torre”, au pied du Cerro Torre. Natasha et guillaume devaient se joindre à nous, malheureusement Natasha s’est blessé au pied. Ce ne sera que Moi, Simon et Guillaume.

Le temps est assez couvert, du coup le paysage ne nous semble pas aussi grandiose qu’hier. De plus L’essentiel de la marche se fait dans la forêt. Nous avons tout de même de beaux points de vue sur le Cerro Torre (qui culmine à 3128m), malgré le fait qu’il soit caché dans la brume…

Après 2 heures de marche, nous arrivons devant la laguna Torre, juste au pied du Cerro Torre. Des petits icebergs flottent à la surface de l’eau, et nous pouvons apercevoir le glacier au loin. Nous longeons ensuite un sentier qui permet de s’en approcher au plus près. Régulièrement d’important bloc de glace s’effondre dans l’eau. Le spectacle est impressionnant. Ce n’est pas le Perito Moreno, mais c’est tout de même beau a voire.

De retour 0 el Chalten, nous faisons nos adieux à Guillaume et Natasha qui se rende à Puerto Natales. Apres presque deux semaine à voyagé avec Simon, c’est également l’heure dès au revoir. Le lendemain, il compte partir en stop du coté Chilien pour parcourir la carretera Austral. Voyagé avec lui aura été au final bien sympas.

Le soir, en faisant mes course au supermarché je recroise Alexandra et François. Je leur propose de se joindre à moi le lendemain pour faire une randonnée de 32 kilomètre a/r. De retour a l’auberge je fais la rencontre d’un Brésilien qui vient de passer 7 mois à Ushuaia et qui s’apprête à parcourir le continent Américain du Sud au nord. Plutôt courageux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 4 :

Au cours de la nuit il a beaucoup neigé et le temps s’est couvert. François et Alexandra préfèrent rester sur El Chalten, quant à moi je prends mon courage à deux mains et pars en direction du sentier. Aujourd’hui je souhaite me rendre à la laguna Toro qui offre un beau panorama sur un glacier.

Néanmoins, après une heure de marche j’aperçois une bifurcation. Je peux soit me rendre à la lagune Toro située à environs 4 heures de marche, ou bien au « loma del piegue tumbado » à 2 heure de marche et qui culmine à environ 1300 mètres d’altitude. Cette randonnée est la seule à offrir un beau point de vue sur le Cerro Torre et le Fiz Roy à la fois.

Je décide finalement de changer mes plans et par en direction du pic. Apres seulement 1 heure de marche j’arrive à la fin du sentier. De la, j’ai une superbe vue sur le Cerro Torre mais aussi le Fitz Roy. Il y a pas mal de nuages, mais la vue vaut tout de même le coup.

Je décide de pique niquer ici, et je fais la rencontre d’un allemand. Nous nous motivons pour escalader le pic. Apres 25 minutes d’ascension, nous arrivons au sommet. Nous sommes à 1300 mètres d’altitude et de la nous avons une vue à 360 degré sur la région des glaciers : c’est juste magique. On peut apercevoir la lagune Viedma, le Cerro Torre, le Fitz Roy et toutes les montagnes aux alentours simplement en tournant la tête.

Malgré le froid et le vent, nous restons plus d’une demi-heure au sommet et retournons ensuite sur El Chalten. Malgré le mauvais temps, faire cette randonnée aura été une très bonne surprise et m’aura permis découvrir un magnifique panorama du parc.

Le soir, je pars me coucher tôt car demain je dois me lever à 5h pour prendre le bus direction El Bolson.

Ce diaporama nécessite JavaScript.