Bus Puerto Madryn – Ushuaia : 16 au 17 Novembre 2013

Jour 1 :

Après un bon petit déjeuner, je quitte Puerto Madryn et pars prendre mon bus tandis que François et Alex partent faire du stop. Nous nous recroiserons peut être en cours de route. J’ai beaucoup aimé faire leur connaissance. J’ai presque hésité à les suivre et faire du stop avec eux. Mais faire du stop à deux c’est difficile alors à trois…De plus, il me reste plus qu’un mois et demie avant de quitter l’Amérique du sud et j’ai encore beaucoup de chose à découvrir.

Le trajet  dur 19 heures et nous sommes supposé arrivé à 6h du matin. Mon bus part à 11h avec 20 minutes de retard et après 1 heure de route nous nous arrêtons dans la principale ville de la région (Trelew). Nous devons descendre du bus pour en prendre un nouveau et repartons en direction du sud. Malheureusement après 30 minutes de routes, le bus s’arrête sur le bas coté de la route, au milieu de nulle part. Apparemment, il y’a un problème de refroidissement. N’étant encore pas très loin de la ville, le chauffeur appel le mécanicien de la compagnie. Celui-ci finis par arrivé et verse 25 litres d’eau dans le moteur. Nous finissons par repartir au bout d’une heure.

Et rebelote, deux heures plus tard, nous nous arrêtons de nouveau. Cette fois nous restons 30 minutes au bord de la route. Le temps pour le chauffeur de refroidir le moteur et remettre de l’eau. Et rebelote, 1h plus tard nous refaisons un arrêt de 15 minutes…Et rebelote, 1 heure plus tard, nous faisons un arrêt dans une station service pour mettre de l’essence et essayé de réparer le moteur. A ce moment la, nous avons déjà plus de 3 heure de retard. Je m’étais renseigné sur les horaires de bus et, il n’y qu’un seul bus par jour pour Ushuaia, il part à 8h30. Le bus pour Punta arena pars a 13h. Ainsi, mon choix semble fait : direction Punta Arenas.

Au cours du trajet, nous traversons des paysages désertiques sur plusieurs centaines de kilomètres. La route est rectiligne, et nous ne croisons pratiquement pas d’autres véhicules. Le voyage est assez ennuyeux. Néanmoins, nous assistons à un superbe couché de soleil.

Jour 2 :

Vers 6 heures du matin, je me mets à regretter de ne pas pouvoir me rendre à Ushuaia. J’espère qu’une chose, que le bus ai rattrapé une partie de son retard. Nous arrivons finalement à Rio Gallegos à 8h15. Je me dépêche de me rendre au guichet pour pouvoir prendre mon billet. Il y ’a une personne âgé avant moi  qui souhaite également prendre un billet pour Ushuaia, mais décide finalement d’attendre demain. Quant c’est mon tour, je prends la dernière place libre.  Les gens derrière moi devront attendre demain. 10 minutes plus tard, je suis dans le bus direction Ushuaia. Gros coup de chance.

Apres 2h de route, il nous faut traverser la frontière Chilienne. En effet, une partie de la terre du feu appartient au Chili et une autre à l’Argentine. Je quitte donc l’Argentine et me retrouve pour une courte période dans mon 6 pays : le Chili.

Pour nous rendre à Ushuaia il nous faut ensuite traverser un canal. Nous prenons  donc un ferry. Puis il nous faut de nouveau retraverser la frontière. Au revoir le chili. Après 11h de trajet, nous arrivons enfin à Ushuaia. Au final, j’aurais passé plus de 33 heures dans les bus pour me rendre sur cette terre légendaire. L voyage aura été assez éprouvant.

Au cours du trajet, j’ai fait la rencontre d’une Suisse qui voyage depuis environs un moi et va parcourir l’Amérique pendant un an. Je décide de la suivre jusqu’à son hôtel en espérant qu’il reste de la place. Malheureusement ce n’est pas le cas, et presque toutes les auberges sont pleines. Heureusement, l’auberge m’indique un autre endroit ou il est possible d’avoir de la place. Par chance, il s’agit d’une auberge bien situé avec que des locaux dedans. Ce soir, c’est soir de matche, et y’a une bonne ambiance. Pas de chance, Boca à perdu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.