Jakarta: 28 au 29 Juillet 2014

Jour 1 :

Mon avion décolle de Kuala Lumpur vers 21h et c’est à 22h heure local et après 2 heures de vol que j’arrive à Jakarta. Jakarta  est la capitale de l’Indonésie. Située à l’extrémité nord-ouest de l’île de Java, elle est traversée par le fleuve Ciliwung qui se jette dans la baie de Jakarta. Elle fut un centre important des royaumes hindou-bouddhiques de Sunda puis de Pajajaransous sous le nom de Kalapa,

Aujourd’hui Jakarta est une ville globale, la ville intra muros couvre une superficie de 664 km2 pour une population de 9 756 944 habitants en 2012 tandis que le Grand Jakarta, appelé Jabodetabek, dépassait les 28 millions d’habitants en 2010, ce qui en fait la deuxième métropole la plus peuplée du monde juste derrière Tokyo. Rayonnant sur toute l’Asie du Sud-Est, c’est à Jakarta que se trouve l’Indonesia Stock Exchange ainsi que le secrétariat général de l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).

A l’aéroport, je fais la rencontre de trois turques. Elles vivent en Australie et vont passer une semaine à Jakarta en vacance (chacun ses gouts). Elles me proposent de partager le taxi avec elles. Au final, elles m’offrent le taxi et me dépose à la gare ferroviaire de Jakarta.

Petit problème, mon arrivé en Indonésie coïncident avec la fin du ramadan et le début de l’unique semaine de vacance des Indonésiens.  Ainsi, la plupart des indonésiens partent en vacance et les moyens de transports sont déjà tous pleins. Sur internet, j’avais essayé de réservé un billet de train pour ma prochaines destination, mais toutes les places étaient prise. J’ai donc décidé de me rendre directement à la gare ferroviaire pour acheter un billet. Malheureusement lorsque j’arrive, les guichets sont fermés et n’ouvrent qu’à 5h du matin. Je décide donc de passer la nuit dans la gare. Celle-ci étant à ciel ouvert, je passe la nuit à me faire manger par les insectes.

Jour 2 :

Vers 4h30 du matin, je retourne aux guichets faire la queue. Je n’ai pas prévu de resté à Jakarta et j’ai décidé de partir directement pour Yogyakarta. J’espère pouvoir obtenir un billet. Une fois les guichets ouverts, le guichetier m’indique que les seules places disponibles sont dans trois jours. Je commence à désespérer. Je pars alors à l’office d’information pour savoir comment je peux rejoindre Yogyakarta. La personne me dit alors qu’il reste une place pour le train de nuit de ce soir. Il m’accompagne alors au guichet et j’achète la dernière place disponible. Par contre, le prix du billet est exorbitant : 35 euro pour 7 heures de train. Mais pour le coup, je n’ai vraiment pas le choix. Et apparemment, cette semaine les prix des transports sont multiplié par 10 par rapport à l’accoutumée

Mon billet en poche, je pars déposer mes affaires au lockers et pars visiter la ville. Je me rends tout d’abord dans le quartier central ou est situé la gare et pars voire le monument national. Je rejoins ensuite à pieds le quartier de Kota et découvre d’ancienne habitations de type colonial. On m’avait dit que le trafic à Jakarta était horrible, mais vacance oblige touts les rues sont vides et il n’y a pratiquement aucun véhicule qui circule.

Au cours de ma visite du quartier, Je découvre notamment une très belle place. Celle-ci est d’ailleurs noire de monde. On m’avait dis que Jakarta ne méritait pas la peine de s’y arrêter, mais je suis vraiment agréablement surpris. Etonnamment, on me demande toutes les cinq minutes si l’on peut me prendre en photo. J’avis déjà vécut ca en Birmanie, mais la, c’est multiplié par dix.

Je me rends ensuite au niveau de la baie et la je découvre des habitations qui borde la baie et offre une très belle vue sur le port. Il s’agit de petite habitation à l’aspect délabré. Je me perds dans ces habitations. L’endroit est vraiment intéressant et pour le coup authentique. J’aime beaucoup cet endroit.

Apres cette visite, je retourne à la gare attendre mon train et c’est parti pour 7h de route.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Penang : 26 au 28 Juillet 2014

Jour 1 :

 Après la fraicheur des Cameron Highlands, j’ai  décidé de me rendre sur l’île de Penang à l’Ouest de la Malaisie afin de visiter Georgetown dont le centre historique, tout comme Malacca, est classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

 Je pars ainsi prendre le bus de 8h. Il me faut quatre heur pour y arrivé. Apres ca, il me faut prendre un ferry qui m’emmène sur l’ile. Par chance, arrivé à Georgetown, je me dirige dans le quartier des auberges et en trouve facilement une de libre et à bon prix.

Ma première impression est qu’on a beau être sur une île, on l’oublie quasiment vu la taille de la ville. D’ailleurs, quasiment l’intégralité de la côte sud de l’île est bétonnée. Je décide de passer le reste de l’après midi à visiter la ville. La petite taille du quartier historique de Georgetown font que l’on en fait le tour facilement en une après-midi. La cité a du charme, certains bâtiments sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Au programme : temples et manoirs chinois, temples bouddhiques ou indiens et quelques bâtiments de l’époque coloniale. Certains temples sont de toute beauté. Je me dirige notamment vers le Fort Cornwallis, haut lieu historique car ce fut là que les Anglais s’installèrent en 1786.

 Au cours de ma visite je découvre différente œuvre de rue. En effet, Penang cherchant à dynamiser son tourisme a en effet fait appel à un artiste Lithuanien très connu :Ernest Zachaveric pour mettre en scène les rues de la ville. C’est ainsi que virent le jour les fresques des enfants sur une balançoire, d’un homme sur sa moto, d’un petit garçon debout sur une chaise….Le pari fut remporté puisque ce street art est devenu une vraie attraction! Il n’est pas rare de voir une queue se former devant chacune des œuvres afin de se faire photographier. A l’aide d’une carte il faut retrouver les endroits des fresques et s’y rendre tout en profitant du patrimoine local…

Le soir je pars manger dans l’un des restaurants de rue de chinatown et en profite pour boire un excellent jus de mangue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

 Aujourd’hui je décide de louer un scooter et de partir explorer l’ile. Je me rends tout d’abord en direction de deux temple situé l’un en face de l’autre : le temple Thai et le temple Birman. C’est une bonne surprise et une visite agréable. Le temple Thai possède un Bouddha allongé sur 33 mètres. Dans le temple Birman on a l’occasion d’en savoir plus sur l’histoire de Bouddha à travers de nombreux tableaux, et de se balader dans un très beau parc.

Je pars ensuite longer la cote et découvre de très belle plage et finis par arriver au niveau du parc national de l’ile. Je pars garer mon scooter et décide de partir randonnée. L’entré est gratuite et il suffit de s’enregistrer pour des questions de sécurité.

Je longe ainsi pendant une heure un sentier qui traverse la forêt et offre de très belle vue sur la mer. Apres une heure de marche, je finis par arriver à la Monkey Beach. Il s’agit d’une très belle plage avec pratiquement personne. Le coin est vraiment paradisiaque. Je décide néanmoins de ne pas m’y attardé et de continuer ma randonnée jusqu’au phare.

Pour s’y rendre, il faut prendre un petit sentier abrupt. En cours de route, j’aperçois de ombreux singes. Un des singes essaye d’ailleurs de m’attaquer. Mais, je commence à être habitué et un bâton et une pierre suffit à le faire battre en retraite.

Je continue mon ascension. Le chemin qui mène jusqu’au phare monte plutôt sec et avec cette chaleur je fatigue. Pour le coup je n’avais pas pris suffisamment d’eau et c’est à bout de souffle et assoiffé que j’arrive enfin au pied du phare. Apres m’être reposé quelque peu, je gravit les marches et du sommet j’ai une vue superbe du par cet de l’ile.

Apres ca, je retourne sur la « monkey beach » et en profite pour me baigner. Et mon dieu, que c’était rafraichissant. Puis, il me faut retourner à l’entrée du parc, récupérer mon scooter et partir en direction du temple de Keh Lok Si. Il s’agit du plus grand temple bouddhiste de l’Asie du sud. Effectivement le temple est gigantesque. De plus, la vue depuis sont sommet est à couper le souffle.

Enfin, le soir retour à l’auberge ou je retrouve Lucie qui vient d’arriver sur Penang. Nous parton manger ensemble. Demain, il s’agit de mon dernier jour en Malaisie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Aujourd’hui, journée consacrée au transport. Je quitte de bon matin Georgetown pour prendre un bus devant me ramener à Kuala Lumpur.

Le trajet dure 5h et à peine déposé au terminal de bus de KL, je pars prendre un autre bus m’amenant cette fois-ci à l’aéroport.

Au final c’est 12 jours passé en Malaisie m’auront beaucoup plut. Le parc Taman Negara ainsi que les Cameron Highlands sont véritablement des destinations qui méritent de s’y arrêter.

Cameron Highland : 24 au 25 Juillet 2014

Jour 1 :

Cette journée s’est constituée principalement de trajet: départ du Taman Negara à 10h du matin, cette fois directement en bus depuis le village de Kuala Tahan (pour ne pas refaire les 3 heures de bateau dans l’autre sens). Donc même principe mais à l’envers : 1h de bus jusqu’à Jerantut + 3h de bus de Jerantut à Tanah Rata, un des petits villages des Cameron Highlands.

Arrivés aux Cameron Highlands en milieu d’après-midi, nous sommes parties à la recherche d’un hébergement. Malheureusement saison haute oblige tout est plein. Heureusement on finit par trouver un hôtel. D’extérieur il ne payait pas de mine mais l’intérieur était correct.

 Les Cameron Highlands sont situés à 1 500 mètres au-dessus du niveau de la mer. C’est pourquoi elles bénéficient d’un climat doux, oscillant entre 10 et 25 degrés selon les heures de la journée. Ces montagnes tiennent leur nom de William Cameron, un colonisateur britannique. Il découvre l’endroit en 1885 durant une expédition exploratrice. Il décide alors d’y développer les cultures et notamment les plantations de thé. Il s’agit aujourd’hui de la plus grande région productrice de thé en Malaisie.

 Pour le coup ce n’est pas du tout le même paysage vu jusque là en Malaisie… avec ses montagnes on se croirait presque dans les Alpes en été. Mais nous sommes bien en Malaisie et c’est encore plus dépaysant quand on arrive du Taman Negara. Les attractions principales de la région : les plantations de thé (on peut  donc visiter de nombreuses plantations de thé qui jalonnent les plateaux de la région), la culture de fruits non-exotiques (permis par le climat plus frais) comme les fraises, et les treks (de plusieurs jours…).

 Nous décidons, vu que la journée est bien avancée, d’emprunter l’un des nombreux chemins de randonnée qui partent des alentours. Nous empruntons la piste 4, puis la piste 9. La 1ère, très courte, longe une petite rivière puis une petite chute d’eau, simple et à l’intérêt limité. . La piste 9 vaut davantage le coup. Beaucoup plus longue, nous l’empruntons uniquement jusqu’à la cascade, par manque de temps.

 Sur le chemin du retour on découvre une plantation de fraise. Ici, les fraises poussent toute l’année dans des serres, grâce à un temps toujours favorable et constant. Elles sont plantées dans des boudins de terre et de fibres de noix de coco, suspendues sur des planches en bois.

 Le soir nous partons manger dans l’un des restaurants de la ville. Apres la chaleur de Taman Négara, il fait presque froid. J’ai faillit sortir le pull. Etonnamment, les locaux quant à eux portent tous des manteaux d’hiver.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2: 

Aujourd’hui nous décidons de partir explorer les environs en scooter. Le but principal lorsque l’on vient dans les Cameron Highlands est de visiter une plantation de thé. Ainsi, nous partons tout d’abord en direction de la plantation de thé : la Cameron Valley Tea Plantation, située à 3km à l’ouest de Tanah Rata. Nous partons à pied longer les plantations. Bien sympas.

 Nous continuons notre route et nous dirigeons vers une autre plantation. Il est possible de visiter gratuitement l’usine. Depuis l’usine, nous avons une vue superbe sur les plantations.

 Nous retournons ensuite vers Tanah Rata et partons dans la direction opposé. Nous nous rendons cette fois ci vers le Temple Sam Poh. Ce temple chinois du XVe siècle situé à moins d’un kilomètre de Brinchang vaut le détour. Il y renferme l’un des plus grand boudha du pays. Atmosphère zen garantie.

 Nous partons ensuite en direction de La Boh Tea plantation. Elle est la plus grande de la région et l’une des plus connue. On y accède par une route étroite qui longe les plantations. Boh Plantation a été créée en 1929 par J.A. Russel, pendant l’ère coloniale anglaise en Malaisie. Cette plantation appartient toujours à cette famille écossaise qui demeure le plus important producteur de thé noir du pays. Aujourd’hui, sur la plantation, tout un village avec des baraquements verts tous identiques est réservé aux ouvriers, qui vivent sur place. Ils ont deux méthodes pour récolter le thé : soit ils le coupent seuls à l’aide d’un gros sécateur (120 kg par jour), soit ils se mettent à deux pour manier un grand hachoir (300 kg). Chaque parcelle est récoltée toutes les 3 semaines. Ces hommes gagnent environ 40 ringgits (10€) par jour… Le domaine est un superbe lieu, et la plus grande plantation du pays.

 Apres la visite de cette superbe plantation, nous décidons de nous rendre au Gunung Brinchang qui culmine à 2032m d’altitude. Il s’agit du plus haut sommet de la région. Pour nous y rendre, nous empruntons une route étroite avec de superbes points de vue sur les plantations. Par contre, la route est vraiment pentue et j’ai beaucoup de mal avec le scooter. Je suis obligé de conduire en première et parfois cela ne suffit pas pour avancer. Je suis parfois obligé de m’aider de mes pieds pour avancer : sensations garanties.

 En chemin nous nous arrêtons au niveau de la  Mossy Forest. En effet, sur la route de Gunung Brinchang se trouve la Mossy Forest, forêt dont les arbres sont entièrement recouverts de mousse. Le chemin est parfois raide voir périlleux. On découvre les différentes plantes que l’on peut trouver dans cette forêt dont notamment des plantes médicinales comme celle utilisée pour fabriquer le baume du tigre, des plantes toxiques et mêmes des plantes carnivores. Malheureusement, ce n’est pas la bonne période de l’année pour les voire.

 Nous reprenons la route vers le sommet. A la fin de la route, une vieille tour d’observation permet d’admirer ce paysage montagneux. Malheureusement, la visibilité est assez mauvaise et on ne voit pas grand-chose.

Apres ca, il nous faut redescendre. Cette fois, c’est beaucoup plus facile et retour à Tanah Rata. Demain, direction Penang, quant à Lucie elle décide de se rendre à Ipoh. Nous aurons finalement voyagé une bonne semaine ensemble. Encore une belle rencontre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.