Shirakawa-gō : 01 Juillet 2014

Ce matin, mon  camarade de chambre japonais me propose de partir faire une petite randonné qui longe une colline et offre une vue panoramique de la ville.

Le sentier qui porte le nom de « sentier de samourai » longe une colline et offre une vue panoramique de la ville. Ce sentier mène à un ancien château aujourd’hui en ruine. Depuis le sommet, il est également possible de rejoindre le village traditionnel de Hida. C’est un village reconstitué, qui montre la vie à la campagne au Japon au début du xxe siècle. Le village est constitué de maisons traditionnelles japonaises en toit de chaume appelées gasshō-zukuri (littéralement : mains qui prient). La visite s’avère fort intéressant, et le beau temps est au rendez vous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Apres ca, je quitte Takayama pour me rendre dans la ville de Kanazawa. Mais avant ca, je décide de m’arrêter en chemin dans le village de Shirakawa-gō. Le village historique de Shirakawa-gō est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité.

Ce village sont surtout connus pour ses maisons typiques de style architectural appelé gasshō-zukuri qui désigne les maisons au toit très pentu afin de supporter les chutes de neige très abondantes de cette région montagneuse. En effet, les montagnes et les forêts occupent 96 % du territoire dans la régions de Shirakawa, laissant 4 % de territoire pour les terres cultivées.

nord.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Apres la visite de ce très beau village et de ces montagnes avoisinantes, je prends de nouveau un bus qui m’emmène dans la ville de Kanazawa. Kanazawa est un des joyaux du tourisme japonais bien souvent ignoré, sauf par les autochtones qui affluent en nombres. Son éloignement relatif, déconnecté des lignes de trains a sûrement limité injustement le nombre de touristes étrangers. Cependant, pour les voyageurs qui veulent voir une des villes du pays les mieux préservées de la période Edo (avec Takayama), c’est un must.

Le nom de Kanazawa veut littéralement dire le « Marécage de l’or » et fait référence à une ancienne légende qui veut qu’un paysan du nom de Imohori Togoro ait trouvé de l’or en creusant le sol pour y planter des pommes de terre et des céréales1. Cette histoire explique en partie la richesse et le peuplement de la ville qui fit de Kanazawa l’une des villes les plus peuplées du Japon au Moyen Âge.

Les samouraïs, les marchands, les geishas, et les seigneurs ont tous laissés leurs marques sur Kanazawa dans un centre compact et à la circulation aisée. Kanazawa fait partie du Réseau des villes créatives UNESCO en tant que ville d’Artisanat et d’Arts populaires. La cuisine de Kanazawa est célèbre dans tout le Japon, particulièrement pour ses fruits de mer car elle repose à la jonction des courants chauds du sud et froids du nord.

En milieu d’après midi, je pars en direction du marché Ōmicho Ichiba qui existe depuis l’époque d’Edo et est réputé dans tout le Japon. En effet, Kanazawa est connue pour sa cuisine traditionnelle, particulièrement les produits de la mer comme la crevette, le crabe et évidemment les sushis et sashimis. Les productions de la région sont de haute qualité, notamment le riz grâce aux fortes précipitations tout au long de l’année.

Ainsi, en cette fin d’après midi, je décide d partir me promener dans le quartier des geishas. Je n’y croise aucune geisha, mais découvre de nombreuses habitations en bois extrêmement bien conservé. Le quartier est vraiment intéressant à visiter.

Le soir, retour au marché  Ōmicho Ichiba pour y acheter quelques sushis puis retour à l’auberge à l’auberge ou je suis le seul. Il s’agit d’une toute petite auberge (Namaste) de type Ryokan pouvant accueillir 8 personnes maximum. Les Ryokan sont des auberges typiques du Japon et sont souvent constitués de matériaux typiques : bois, bambou, cloisons de papier, portes coulissantes. Les chambres sont de grandes pièces munies de cloisons coulissantes et d’une table basse au milieu de la pièce. Le sol est généralement recouvert de tatamis constitués de paille de riz         . Les clients dorment sur un « futon ». L’auberge est vraiment et J’ai l’impression d’être à la maison. Je sympathise avec le propriétaire et passons la soirée ensemble. Il a vecut plus de 15 ans en Inde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.