Paraty : 27 au 29 Octobre 2013

Jour 1 :

Aujourd’hui je me rends à Paraty, qui est situé à environs 4 heures de Rio sur la Costa Verde. Ayant prévu de repasser par Rio, je laisse mon gros sac de voyage et prend seulement un sac à dos. Pour une fois, je vais voyager léger.

Après avoir longé la Costa verde, formant l’ourlet maritime du sud de Rio et parcouru plus de 200 kilomètres d’une cote bordée par plus de 360 ilots montagneux et environs 2000 plages, j’arrive  à Paraty au alentour de 12h00.

Autrefois, Paraty était un port de grande importance, depuis lequel transitaient or, pierres précieuses, soie et épices entre le Portugal et le Minas Gerais (région du Brésil). Les riches colons y firent alors construire de belles églises et de superbes demeures coloniales.  Mais l’abolition de l’esclavage et la construction d’une voie de chemin de faire à entrainé le déclin de cette ville.

Aujourd’hui, la ville est considérée comme un « bijou colonial et balnéaire ». Effectivement, Paraty est une très jolie petite ville, qui se distingue par de superbes demeures coloniales aux toits de tuiles, balcons en fer forgé et aux portes et fenêtres toutes de couleurs différentes…Son centre historique est pitonnée et fait d’un dédale de ruelles irrégulièrement pavée de pierre dites pé de moleque (pieds de garnement).

Après avoir déposé mes affaires dans mon auberge située dans le centre historique, je pars me promener dans les différentes ruelles. C’est assez agréable de ne pas croiser de voitures. Ici, la plupart des maisons on été aménagé en magasin de souvenir ou ateliers d’artistes. On croise néanmoins encore quelques habitations.

Souhaitant prendre un peu de hauteur et avoir un point de vue panoramique de la ville, je décide de me rendre au forte Português. La vue est plutôt belle même si des nuages font leurs apparitions.

Enfin, en fin d’après midi, je pars me rendre à l’une des 25 plages entourant la ville. La plage de Jaquara. Malheureusement le temps s’est couvert et la plage est dans le brouillard. Je décide néanmoins de la longé et arrivé au bout, je découvre une sorte de bains d’argile naturels. A cet endroit, l’argile de la falaise se mélange à l’eau créant une sorte de vase gluante. Il suffit de plonger, de s’enduire tout le corps et de laisser le tout sécher avant de courir dans la mer pour se rincer ! Apparemment c’est bon pour la peau. La sensation est assez étrange. Pour ma part, je me suis couvert de boue que jusqu’au niveau du nombril.

Le soir, je retourne me promener dans la ville. Je fais le tour des quelques églises que comptent la ville puis je pars me promener dans le port de pêche.  Je découvre une enfilade de petits bateaux colorés. Des bateaux, roses, bleues…C’est vraiment surprenant mais assez charmant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Pour mon second jour, je décide de partir explorer la cote en bateau.  En effet, la cote est bordée d’un chapelet d‘iles pour la plupart inhabitée, avec bon nombres de plages sauvages toutes plus belles le unes que les autres.

Ainsi, je pars pour la journée à bord d’une goélette avec à son bord une trentaine d’autres personnes. Apres avoir pu profiter de la vue sur la baie de Paraty, le bateau fait un premier stop à proximité d’une toute petite île inhabitée. Pas de plage en vue, mais une eau bleue verte translucide d’une couleur et d’une clarté absolument incroyable…  Il s’agit d’un des meilleurs endroits pour pratiquer le snorkelling. Malheureusement, il y’a peu de poissons. Le capitaine déverse alors un sachet de nourriture pour les attirer, ce qui me permet d’en apercevoir une vingtaine. L’eau est plutôt chaude et j’en profite jusqu’à ce que le capitaine nous demande de remonter sur le bateau direction une autre ile..

Apres quelques minutes de navigation, notre goélette fait escale sur la plage de Lula. La plage est très belle avec son banc de sable fin et ses palmiers qui semblent plonger dans la mer…Par la suite, notre goélette fait également escale sur deux autres plages. Puis vers 17 heures nous retournons sur Paraty. Par chance, il a fait très beau et cette balade s sera avéré bien agréable.

A titre d’information, lorsque l‘on est plusieurs, il est possible de réserver un plus petit bateau, ce qui permet de ne pas se retrouver avec une trentaine d’autre personnes et de choisir son itinéraire.

Le soir, je retourne à l’auberge et passe la soirée à discuté avec une américaine de 25 ans qui vient d’arrivé à l’auberge et compte y travaillé un mois.  Au cours de la soirée, le responsable me propose également de travaillé ici, il recherche quelqu’un parlant français étant donné que la moitié de sa clientèle est française. Néanmoins, je décline la proposition.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Aujourd’hui je comptais me rendre à une plage que m’avait conseillée Marine. Malheureusement à mon réveil, je découvre qu’il pleut et apparemment le temps ne va pas aller en s’améliorant. Je décide donc de quitter Paraty pour me rendre à Ilha Grande. Mieux vaut voyager quant il fait mauvais.

Je prends un bus local pour rejoindre Angra Dos Reis port de départ des ferrys pour l’Ilha Grande. Vers 13h, et après 2 heures de route, le bus me dépose dans le centre ville. Pour se rendre sur l’Ile, il existe deux moyens, soit par catamaran (pour touriste : plus rapide, plus cher et qui part toute les heures), soit par ferry (pour les locaux : plus lent, plus économique et qui part une fois par jour à 15h30). Je décide de me rendre sur l’ile par ferry. C’est plus authentique. En attendant je décide de partir visiter la ville et son port de pèche.

A 15h30, je monte dans le ferry. Il faut compter une heure tente de traversée pour rejoindre Ilha Grande. Il s’agit d’un ferry public beaucoup utilisé par les brésiliens habitant sur l’ILE et qui viennent à Angra pour se ravitailler. Du coup, les gens voyagent avec d’énormes sacs de provisions !

Je débarque sur Ilha Grande et décide de partir directement découvrir la maison ou habitait Marine. Lorsqu’ils sont arrivés sur l’ile, ils ont racheté cette pousada. Il y’a 20 ans, l’ile ne comptait qu’une dizaine d’hôtels et pousadas, aujourd’hui on en compte plus de 200. Aujourd’hui la maison est louée à des habitants de l’ile. Malheureusement, il y a 6 mois, lors d’une tempête une partie de la facade s’est effondré.

Je pars ensuite déposer mes affaires dans l’une des auberges de l’le et dès demain, je pars à la découverte de l’Ilha Grande !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rio de Janeiro : 21 au 26 Octobre 2013

Jour 1 :

Apres non pas 10, ni 15, ni 25 mais 30 heures de bus, j’arrive enfin à Rio de Janeiro aux alentour de 13h. Une fois dans la ville, je pars rejoindre Marine, ma cousine qui habite depuis 18 ans à Rio et précisément dans le quartier de Catatate. Elle est partie en Voilier faire le tour du monde et s’est échoué à Ilha Grande et aujourd’hui habite à Rio. Elle travaille désormais comme professeur dans une école Française.

La dernière fois que nous nous étions vu c’était il y’a deux ans à Razac. Cela fait plaisir de la revoir. En milieu d’après midi, je décide de partir visiter le quartier de Catate. Il s’agit d’un quartier populaire qui relie le centre et la zone sud de la ville. C’est un quartier plutôt familiale et sur. On y trouve pas mal de belle et grande villas.

Je pars ensuite rejoindre le quartier de Santa Theresa, qui se trouve à proximité de Catate et situé sur une colline qui domine la ville. C’est un peu le quartier bohême de Rio, ou bien une sorte de Montmartre Parisien mais sans les touristes. On peut y voire de nombreuse et belle villas. Il y a très peu de voitures qui y circules et la plupart des ruelles y son pavées. Depuis le sommet, j’ai une très belle vue su la baie de Rio. Je peux également apercevoir les nombreuses favelas qui entourent le quartier.

Je termine ma promenade par le quartier de Lapa qui fait la jonction entres les quartiers de Santa Theresa et Catate. C’est un quartier assez pauvre mais également un lieu important de la vie nocturne. On y trouve de nombreux bar, mais aussi de belle maison du 18 et 19 siècles avec également de nombreuses ruelles pavées et petits escaliers. C’est d’ailleurs ici que se trouve l’escalier Selaron : un escalier entièrement recouvert de céramique, ainsi que l’église carmo do lapa, elle aussi recouverte d’azulejos (carreaux de faïence bleues de tradition portugaise).

C’est également dans ce quartier que se trouve l’ «Arcos de Lapa». Il s’agit d’un aqueduc qui fut construit en 1770 et servait à canaliser les eaux du Rio. Il est aujourd’hui cerné par les buildings du quartier des affaires. A proximité se trouve la cathédral metropolitana, qui a la forme d’une pyramide.

En début de soirée, je me rends sur la plage qui longe le quartier de Catate : Praia Do Flamengo. Depuis cette plage, on a une très belle vue sur le pain de sucre. Il est généralement déconseillé de se baigner sur cette plage, les eaux n’y étant parfois pas très propre. Néanmoins, vu le nombre de personnes qui s’y baigne et l’eau étant claire je décide de m’y baigné.

Le soir je pars retrouver Marine chez elle. Je fais également connaissance avec ses locataires Bruno, Clémence ainsi que leur ami Mehdi venu leur rendre visite. Ils sont à Rio depuis 1 mois et demi et sont tous deux musiciens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Ce matin, je pars de bonne heure pour me rendre sur la colline du Corcovado qui domine Rio du haut de ses 704 mètres. C’est sur cette colline que se trouve l’emblème de Rio de Janeiro : le Christ rédempteur. Il fait 30 mètres de haut et repose sur un piédestal de 8 mètres et pèse 700 tonnes. Il s’agit de l’œuvre d’un français du nom de Paul Landowski.

Malheureusement, la ville est quelques peu dans le brouillard, mais cela ne m’empêche pas d’avoir une vue incomparable sur la ville et Je passe la matinée à admirer la vue. Le site étant l’un des plus touristiques de la ville, il y’a beaucoup de monde et notamment des cars entiers de touristes coréens et japonais avec leur guide. C’est assez difficile de prendre une photo du Christ, sans avoir quelqu’un dessus.

Je pars ensuite me promener dans le parc de Tijuca. Ce parc est considéré comme la plus grande forêt urbaine du monde et est situé sur les hauteurs de Rio. Sur le chemin, on peut apercevoir de nombreux petits singes.

Vers 14h, je rejoins Marine chez elle et nous partons en coccinelle longer la cote. Je découvre ainsi les plages de Leblon (quartier chic), Arpoador (plage de surfeurs), copacabana (quartier balnéaire et plage de 4,5 kilomètre de long), Urca, et enfin Leme. Depuis cette dernière, nous nous rendons dans un fort situé sur une base militaire et qui offre une vue panoramique sur la baie et ses plages.

Le soir, je me rends avec les colocataires de Marine dans le quartier de Lapa pour y prendre une bière. Néanmoins, étant en semaine le quartier n’est  pas très animé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour3 :

Aujourd’hui je décide de me rendre en vélo au jardin botanique. Il s’agit d’un grand parc de 140 hectares ou poussent de milliers d’arbres et de plantes tropicales. On y dénombre plus de 8000 espèces différentes venant des 4 coins du monde. On pénètre dans le jardin par une allé border par des palmiers mesurant plus de 30 mètres de haut et menant ver une belle fontaine.

En début d’après midi, je me rends dans le quartier de Leblon. C’est ici que vit la classe aisé de Rio et je pars ensuite en direction de la plage. De la, je décide de longer la cote jusqu’à la plage de Flamengo situé dans le quartier de Catete. Je parcours ainsi 13 kilomètres en vélo et en profite pour me balader sur plage de Copacabana. Cette plage est l’une des plus célèbres de rio et mesure plus de 4,5 kilomètres de long.

En fin d’après midi, je pars visiter le palacio do Catete. Il S’agit de l’ancien siège du gouvernement fédéral construit en 1807. Le site est tristement célèbre pour abrité le lieu ou le président Vargas à mis fin à ses jours.

Le soir, je pars assister à un matche de foot dans le stade mythique du Maracaña. Il s’agit de l’un des plus grands stades au monde. Il a été longtemps fermé pour rénovation (en prévision de la coupe du monde 2014) et vient tout juste d’être ré ouvert.  Autrefois le stade avait une capacité d’environs 200 000 personnes (de nombreuses places debout), aujourd’hui la capacité maximale est d’environs 88 000. J’y vais avec une connaissance de Marine. Le matche oppose l’équipe de Botafogo contre Flamengo. Il s’agit des quarts de final de la coupe du Brésil. Je me retrouve dans les gradins de l’équipe de Botafogo. L’ambiance est tout simplement énorme. Malheureusement Botafogo à perdu 4 à 0 et la plupart des supporter ont quitté le stade avant la fin du matche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 4 :

Ce matin, je retourne dans le quartier de Santa Theresa et pars visiter le musée « da chacara do ceu ». Le musée est situé dans une vieille demeure au sommet d’une colline d’où l’on a une vue unique sur Rio. Dans le musée, je découvre une collection de peinture ayant appartenu à l’industriel Raymundo Ottoni, un Brésilien ayant vécut son enfance en France. Y sont exposé de grand peintre Brésilien et Français dont Monet.

En début d’après midi, je me rends dans le centre ville. Il s’agit du quartier des affaires avec ses nombreux buildings. On peut y découvrir également de nombreuses églises. Ce quartier est extrêmement animé. On y croise costards cravates et maillots de bain tongs.

En fin d’après midi, je me rends au pain de sucre, l’une des visites obligatoires de la ville. Le nom de cette montagne provient de sa ressemblance avec un pain se sucre. On y accède par deux téléphérique successifs d’une longueur total de 1400 mètres. Le pain de sucre culmine à 396 mètre de hauteurs et offre une vue incroyable sur Rio et ses plages mais aussi sur le Christ. J’y reste jusqu’à la tombée de la nuit et assiste au couché du soleil.

Le soir, je pars manger avec Marine et ses deux enfants Paco et Loua dans un restaurant Japonais. Au programme sushis à volonté. Cela faisait presque 3 mois que je n’en avais pas mangé, et c’était bien bon. J’ai eu du mal à rentré tellement j’avais mangé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 5 :

Aujourd’hui je décide de me reposer. Je passe la matinée à mettre à jour le blog, trié les photos et aussi me regarder quelques séries.

En milieu d’après midi, je retourne rapidement me promener dans le centre avec notamment le quartier des théâtres place Cinelandia. Je souhaitais visiter la Bilblioteca Nacional, mais il faut une carte d’identité pour y rentré et je n’avais pas la mienne sur moi Tant pis. Je peux tout de même rentré dans le hall d’entrée. Il s’agit d’un bâtiment datant de 1910 aux lignes néoclassiques avec environs 15 millions de documents et livres.

En fin d’après midi, je pars longer la plage de Praia Do Flamengo, puis je retourne chez Marine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 6 :

Pour mon dernier jour à Rio, Marine m’emmène faire du voilier dans la baie de Rio. Nous passons l’après midi sur son voilier et longeons le pain de Sucre. Par chance, alors qu’il pleuvait ce matin, le temps s’est éclairci et nous avons même droit à un bel ensoleillement. J‘ai d’ailleurs pris de bonne couleurs.

En fin d’après midi, nous nous rendons chez un des ses amis qui organise un barbecue. Je goute à de la viande vraiment bonne.

Le soir, je pars au restaurant avec Bruno, Medhi et Clémence pour déguster un saumon.

Ainsi ces 6 jours à Rio on été très agréable. Il est facile de comprendre pourquoi autant de français viennent s’installer dans cette ville. Rio est une très belle ville qui à l’avantage d’offrir une multitude de paysage : Foret, mer, centre urbain, vie nocturne. Pour ma part, c‘est 6 jours auront particulièrement été reposant et j’aurais bien profité de la ville.

Un grand merci à Marine qui m’aura fait visiter la ville et permis après 3 mois à dormir dans des dortoirs et à devoir constamment me préoccuper de mes affaires, de pouvoir enfin me reposer et simplement profité de cette superbe ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Salvador et l’Ile d’Itaparica : 19 Octobre 2013

Apres avoir passé la nuit dans le bus, me voila de retour à Salvador. Je souhaite consacrer cette journée à me reposer. Ainsi, je passe la matinée à revisiter le Pelourinho et les coins que j’avais bien aimés.

En milieu de mâtiné je décide de partir sur l’ile d’Itaparica. Il s’agit d’une grande ile de 36 kilomètres de longueur sur 20 kilomètres de large. Elle est située en face de Salvador. Cette ile est principalement un lieu de villégiature avec de belle plages ou les Salvadorien partent le weekend pour s’y baigné.

 A l’origine, je souhaitais me rendre sur une autre ile un peu plus éloigné de Salvador : l’ile Tinharé ou Morro de Sao Paulo. Néanmoins, se rendre sur l’ile nécessite d’y resté au minimum 2 jour et ayant déjà prévu de passer de temps dans les environs de Rio et ses plages j’ai préféré changer mes plans.

Ainsi, pour me rendre sur l’ile Itaparica, je prends un bateau qui me dépose à Mar Grande. C’est dans ce coin (la partie Est de l’ile), que sont situées les plus belles plages.

Etant Samedi, il y’a énormément de monde. Tous les gens sont situés sur la première plage à proximité de l’embarcadère. Je décide alors de longer le littoral pour m’éloigner le plus possible de la foule. En longeant la plage, j’aperçois de magnifique maison avec pour la plupart des piscines. C’est ici que vient la classe aisée de Salvador. Néanmoins je ne trouve pas les plages si exceptionnelles. Elles sont assez sales et le sable plutôt sombre. Ainsi, après 1h de marche, n’ayant pas trouvé de coin qui me plaisait je m’apprête à faire demi-tour. C’est a ce moment la que je tombe sur américaine à la retraite et qui habite désormais sur l’ile. Elle m’indique qu’1 kilomètre plus loin, il y a une très belle plage de sable blanc. Je décide donc de continuer mon chemin. Lorsque j’arrive enfin sur la plage, celle-ci est déserte et effectivement vaut le détour. J’y reste toute l’après midi.

En fin d’après midi, je retourne sur Salvador. Demain, 28h de bus m’attende, direction Rio de Janeiro.

Ce diaporama nécessite JavaScript.