Ban Lung: 13 au 15 Avril 2014

Jour 1:

Aujourd’hui, nous nous levons de bonne heure, traversons de nouveau le Mékong et partons rejoindre nos bus respectifs. Lorsque j’arrive, une vingtaine de personnes (toutes touristes), sont déjà présente et attendent pour partir au Cambodge. Par contre, je suis le seul à souhaiter me rendre à Ban Lung.

Le responsable de l’agence, nous informent que le bus est plein et qu’il va falloir prendre à la place des mini vans jusqu’à la frontière et après des bus locaux pour le Cambodge. Ca commence bien. Finalement, nous partons vers 9h30 et fais mes adieu à Pia. Nous aurons voyagé plus de trois semaine ensemble. Pour mon anniversaire, j’ai même le droit à mon petit cadeau: plutôt cool.

Apres ca, il nous faut à peine une vingtaines de minutes pour rejoindre le poste de frontières. Je pars faire mon visa de sortie et le douanier me réclame 2$ pour quitter le pays et refuse de donner un reçu. En gros, il s’est fait plaisir. Belle arnaque.

Je pars ensuite faire mon visa pour le Cambodge et la, les douaniers nous réclament 25$, alors que deux semaines plus tôt deux française qui étaient dans le mini van avec moi avait payé 20$. Bonjour les escrocs. De plus, elles n’avaient pas prévu assez de dollars, je me retrouve donc à leur remettre des dollars.

Je pars ensuite me renseigner pour savoir ou se trouve mon bus. J’apprends qu’il ne sera la que dans environs deux heures. Je me retrouve donc à attendre aux poste frontières que mon bus arrive.

Vers 13h, je monte dans un bus en direction de Stung  treng, qui est la ville la plus proche d la frontière. Apres 30 minutes de bus, celui-ci s’arrête et le chauffeur me demande de descendre et m’indique un mini van. Apparemment, il va la ou je souhaite me rendre. Je me retrouve donc dans un mini-van fait pour une quinzaine de personnes. Par contre, on est 20 et je me retrouve avec une petite gamine de deux ans sur les genoux. Le trajet durant plus de deux heures, ce ne fut pas très confortable.

Ce n’est que vers 6h30 que je finis par arriver à Ban Lung situé dans la province de Ratanakiri. La province de Rotanah Kiri, également appelée Ratanakiri, est une province du nord-est cambodgien. Elle est occupée de longue date par des populations montagnardes collectivement désignées sous le nom de Khmer Loeu (« Khmer d’en haut »), terme qui regroupe en fait une douzaine de groupes distincts. Il s’agit de la seule province du Cambodge où l’ethnie khmère est minoritaire. À cause principalement de son enclavement, le Rotanah Kiri est une des régions les moins développées du Cambodge. Ses infrastructures sont très restreintes et le pouvoir du gouvernement local est très limité.

La capitale provinciale est Ban Lung, aussi surnommée la « ville rouge » à cause du nuage de poussière de latérite qui l’enveloppe durant toute la saison sèche.

Je pars ensuite me reposé et pars le soir dans le marché de nuit de la ville.

Je pars recherché une auberge, bien évidement nouvel an oblige, la plus part sont pleines. J’en trouve néanmoins une plutôt sympas, mais ils me font payé un extra pour nouvel an. Je pars ensuite me reposé et pars le soir dans le marché de nuit de la ville. La ville est noire de monde, c’est plutôt sympa.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 :

Ce matin je décide d louer un vélo et de partir dans les environs de la ville.  Je loue un  VTT pour 2 dollars, qui fera l’affaire ! Me voilà donc partis, près à découvrir les curiosités de Ban Lung !

Je pars tout d’abord en direction d’une cascade situé à 7 kilomètres de la, du nom de Kinchaan. Pour m’y rendre, je roule sur une route de terre rouge. La route étant particulièrement sèche, j’avance facilement. De plus, les paysages m’entourant sont très baux : une importante forêt de caoutchouc. Par contre, on voit par endroit d’important signe de déforestation.

Lorsque j’arrive à la chute, je découvre une horde d’enfants entrain de se baigné. C’est bien sympa et la chute d’eau assez impressionnante, même si après Boloven  je commence à être habitué aux chutes. Mais bon, faudrait pas que je commence à devenir blasé.

Apres ca, je pars en direction d’une autre chute d’eau du nom de Ka tieng. Pour le coup, il n’y a presque personnes. Il est possible de se rendre derrière les chutes d’eaux. Le coin est vraiment sympa et paisible. Je reste un bon moment à profiter de l’endroit.

En milieu d’après midi, je retourne en ville et pars rejoindre le “Ban Yeak Lom” qui n’est autre qu’un lac volcanique aux eaux bleutées. Ce lac parfaitement circulaire daterait d’il y a 700 000 ans ! Certains pensent qu’il résulte de l’impact d’une météorite. C’est aussi un lieu sacré pour les ethnies locales. C’est également un des sites les plus beaux et les plus paisibles du Cambodge (dixit le Lonely) alors ça doit valoir le coup !

Le chemin pour y accéder est goudronné tout le long, et le lac est situé à environ 5km de la ville. Ca monte quelques peu, et avec cette chaleur ce n’est pas la joie, mais je finis par arrivé à la billetterie du lac, gare mon vélo et pars découvrir le site. Lorsque j’arrive, je découvre une marée de personnes. En effet, c’est ici que la plupart des habitants se retrouvent pour célébrer le nouvel an. C’est presque impossible de se déplacer. Au programme, musique extrêmement forte, locaux mangeant par terre, déchets de cannetes de bières et nourriture un peu partout…Bref, cela n’a rien de paisible.

Je décide néanmoins de suivre un petit sentier qui permet de faire le tour du lac à pied. Le lac étant assez grands et les gens situés au même endroit, je finis par trouver un petit endroit tranquille ou me baigner. La couleur du lac est effectivement d’une belle couleur bleu et Le cadre est particulièrement enchanteur, le lac étant entouré d’une dense végétation luxuriante de type « jungle ».

Apres cette petite baignade rafraichissante, je retourne vers l’animation. Les locaux plongent tout habillé dans le lac, avec des gilets de sauvetage, s’amusent à se pousser dans l’eau depuis le ponton, le tout en faisant un sacré raffut …! C’est bonne enfant.

C’est en fin d’après midi que je retourne en ville et parcours les 5 derniers kilomètres. Je fais un petit détour pars le lac situé dans la ville. J’aurais aujourd’hui parcouru plus d’une trentaine de kilomètres. Et après deux jours de farniente sur les 4000 iles, ce n’était pas facile.

Le soir, je retourne manger dans les stands de rue installé dans la rue principale (la seul rue de la ville et qui mène au marché).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 :

Le lendemain, je pars explorer les alentours de Ban Lung en scooter ! Je suis une piste de terre rouge. La route est parsemée de grandes plantations d’hévéas et de caoutchouc, reconnaissables aux noix de coco installées au pied des troncs destinées à récolter la sève. Le coin est vraiment sympa. Par contre, lorsque un 4×4 ou scooter arrive d’en face, on se retrouve couvert de poussière rouge. Pas très agréable.

Je traverse également de minuscules petits villages, avec seulement quelques maisons traditionnelles construites en bois sur pilotis et découvre petit à petit la vie rurale du Cambodge.

Apres plus de 40 kilomètres de piste, je finis par arriver à Voen Sai. Le village est partagé entre la rive nord et la rive sud, les deux rives étant séparées par la rivière… et pour traverser la rivière, pas d’autre moyen que d’emprunter une sorte de radeau en bois car il n’y a pas de pont.  Je me retrouve donc à monté sur ce radeau de fortune, ou des dizaines de scooters s’entassent. Les gens sont d’ailleurs assez surpris de me voire, mais sont à chaque fois très souriants.

Je pars ainsi me promener dans les environs et découvre ainsi différentes village dont un village Chinois et Lao. Le coin est vraiment sympa à découvrir et la pluparts des habitants fêtent le nouvel an en dansant au son de la musique.

Je pars ensuite en direction d’une petite cascade. C’est ici que se retrouve la plupart des habitants des villages avoisinant. Je me fais aborder par une dizaine de personnes entrain de faire la fête, pour la plupart déjà pas mal éméché et m’invitent à les rejoindre. Je passe ainsi le reste de  l’après midi avec eux a boires des bières, manger et me faire recouvrir le visage de talc pour je ne sais quelles raisons

Vers 17h, je retourne en direction de Ban Lung. En chemin, je croise deux accidents de scooter dont un plutôt sévère. Puis je finis par retourner à mon auberge. J’ai fais une partie de la route derrière un scooter et lorsque j’arrive dans ma chambre, je découvre mon visage complètement rouge de terre…

Le soir, je retourne manger dans la rue et en profite pour gouter à un jus de fruit à l’avocat. Assez étrange, mais buvable.

Demain, je quitte Ban Lung, direction Kratie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Tha khaek : 2 au 5 Avril 2014

Jour 1 :

Ce matin, je quitte Ventiane et pars prendre un bus direction Tha khaek. Finalement, Pia décide de se joindre à moi. Elle doit néanmoins se rendre à l’ambassade du Vietnam pour remettre son passeport et obtenir son visa. Elle prendra donc le bus de l’après midi.

Le bus de 8h pour Tha khaek est un bus « local », c’est-à-dire que je voyage principalement avec des locaux, que le toit du bus est chargé d’objets divers dont principalement des roues de camions (les amortisseurs sont anormalement bas), que l’intérieur du bus est chargé de cartons divers, et que certaines personnes sont assises dans le couloir et bien sur il n’y a pas la climatisation. Je passe donc 6 heures recroquevillé sur moi-même, et a mourir de chaud. Mais je finis par arriver à destination. Seul bémol, j’en ai perdu ma casquette acheté en Bolivie.

Arrivé au terminal du bus, je me joins a d’autres touristes qui était également dans le bus avec moi et partageons un tuc tuc. Nous retrouvons ainsi à 8 avec nos sacs, dans un tuc tuc qui peut contenir normalement 4 personnes. Le pire est que l’auberge ou nous souhaitions allé était situé à a peine 1,5 kilomètres de la. Le chauffeur à gagné sa journée.

En fin d’après midi, nous partons à 4 (moi, un canadien de 40 ans du nom de Laine, et deux finlandais : Samuel et Mika), nous promener dans la ville. Sauf qu’il n’y a absolument rien à y faire. Cet endroit est simplement une base depuis laquelle il est possible de visiter la région en scooter. Nous partons ainsi nous renseigné sur le prix des locations.

Le soir nous partons mangé. Je retrouve Kyle qui vient de terminer la boucle et me donne quelques conseils sur le circuit à faire, puis je retourne à l’auberge retrouvé Pia. Demain, nous partons 3 jours faire une boucle de 450 kilomètres en scooter avec pour destination principale : la cave de Kong Lo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2 : Tha khaek – Laksao

laos-loop-map (2)

Ce matin nous nous retrouvons de bonne heure pour partir louer nos scooters. Nous serons en tout 6. Notre petit groupe de 4 rencontré dans le bus, Pear, et Alexis (un français de 24 ans qu’elle a rencontré dans le bus la veille).

Lorsque nous arrivons au magasin de location, nous faisons bien attention à bien choisir nos scooters. On ne veut pas faire la même erreur qu’à Luang Nam Tha. C’est ainsi, avec 6 bons scooters chinois, que nous débutons notre boucle de trois jours.

La première étape du jour consiste à rejoindre un lac du nom de « Tha Fa Lang » situé à une 20 de kilomètre de la. La route que nous longeons est entourée de formation karstique. Le cadre est splendide. Malheureusement, à peine avons-nous pris la route qu’il se met à pleuvoir, heureusement il ne s’agit que d’une petite averse. Nous finissons par trouver un panneau annonçant le lac et nous engageons dans une route de sable. Pas facile de contrôlé le scooter mais nous finissons par y parvenir. Nous passons un long moment à nous baigner.

Nous reprenons ensuite la route et nous arrêtons quelques kilomètres plus loin dans l’une des nombreuses caves de la région : « Tham Pha Inh ». La cave est tout aussi intéressante et entouré de nombreux Bouddhas.

Apres ca, il nous faut parcourir une 60 de kilomètres. Nous longeons une route de montagne et traversons de nombreux villages et forets inondé. Le cadre est vraiment pittoresque. Toutes les 5 minutes nous nous arrêtons pour pouvoir prendre des photos ou tout simplement salué les locaux nous faisant de grands signes de la main. Les gens sont vraiment chaleureux ici.

Vers 14h30, nous nous arrêtons au niveau d’un village nommé « Thalang » et Laine  et Mika décide de passer la nuit ici et de faire la boucle en 4 jours. Samuel  et Alexis décide de partir trouvé un endroit ou mangé, quant à moi et Pia, nous décidons de continué la route car il nous reste 62 kilomètre à parcourir, et c’est supposé être une très très très mauvaise route.

La route est effectivement dans un état épouvantable. Il s’git d’une route de terre, et parfois de gravats et pierres. Nous croisons de temps en temps des engins de travaux entrain de construire la nouvelle route. Pour ma part, je trouve ca vraiment sympas, j’ai l’impression de faire de la moto tout terrain, et pour être honnête je m’éclate plutôt bien surtout que les paysages sont à couper le souffle.

Ce n’est que vers 18h30 que nous arrivons à notre premier point de chutes : le village de Laksao. Il nous aura fallut plus de 3h30 pour parcourir les 62 kilomètres. Mais c’est 62 kilomètres était juste magique. Le soir nous retrouvons Samuel et Alexis. Nous partons mangé dans un restaurant nommé « the only one restaurant » et c’est effectivement le seul restaurant du village.

Distance parcourus : 161 kilomètres

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 3 : Laksao – Kong Lo

Ce matin, nous nous réveillons de bonne heure. L’étape du jour consiste à rejoindre le Village de Kong lo ou se trouve une imposante cave. Il nous faut donc parcourir 100 kilomètres. Etant donné que nous roulons plus lentement que les deux autres, nous décidons de nous séparé et de nous retrouvé à Kong Lo.

Je reprends donc la route avec Pia et faisons de nombreux arrêt dans les villages alentours. Puis nous nous rendons dans un lieu nommé « cool  spring, situé au kilomètre 35 de la route numéro 22. Nous trouvons facilement le panneau indiquant la bifurcation. Par contre pour parcourir les deux kilomètres séparant la route principale à « cool spring ». Nous nous perdons complètement et passons plus d’une demi-heure sur une route de terre à essayé de trouver ces fameuses « cool spring ». Nous finissons enfin par trouver l’endroit, il suffisait de traverser un pont qui semblait complètement en ruine : une blanche de bois par-dessus l’eau. La traversé en scooter semblait un peu périlleuse, mais c’est finalement passé.

Les « cool spring » consistent en sorte de lagune de couleur ou nous passons une bonne heure à nous baigner. Par contre, comme son nom l’indique, l’eau était plutôt froide. Mais, par ces chaleurs ca fait du bien.

Nous reprenons de nouveau la route, retraversons ce fameux pont, retrouvons la route n’22 et partons cette fois ci en direction d’une cascade nommé « Na Sa Nam Waterfall ». Apres plus d’une cinquantaine de kilomètres, nous finissons par parvenir à ces fameuses chutes d’eau. Pour s’y rendre, il faut longer en scooter un minuscule chemin de pierre traversant la forêt. Lorsqu’il n’est plus possible d’avancer, il faut laisser le scooter et continué à pied. Un chemin balisé emmène à la cascade. Bien évidement, on ne trouve pas le chemin et nous perdons. On décide donc de longer la rivière (on finira bien par arrivé à la cascade). Nous traversons ainsi diffèrent bloc de pierre que nous escaladons et après plus d’une heure, nous arrivons à cette fameuse cascade ou nous retrouvons Samuel e Alexis.

La cascade fait 4-5 mètres et il est possible de s’y baigner, mais 50 mètres plus loin en hauteur se trouve une autre cascade de 70 mètre de haut, sauf que celle-ci n’est pas accessible. On se motive avec Pia, pour voir s’il est tout de même possible de s’y rendre. Et après une 20 de minutes d’escalades, nous nous retrouvons au pied de cette gigantesque cascade. Je me risque à m’approcher au plus près, les pierres sont plutôt glissante mais j’y suis parvenus et j’ai ma photos : yeah !!!!

Apres ca, nous retournons à nos scooters, cette fois ci par le bon chemin, et parcourons les 40 derniers kilomètres qui nous séparent de Kong Lo. Malheureusement, lorsque nous y arrivons et il est 16h et le site vient tout juste de fermé. Nous le visiterons donc demain.

Nous partons ainsi à la recherche d’une auberge et passons la nuit ici.

Distance parcourus : 98 kilomètres

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 4 : Kong Lo – Tha Khaek

 Au cours de la nuit, un violent orage à éclaté et ce matin il pleut toujours. Néanmoins, cela ne nous empêche pas de partir en direction de la cave : Kong Lo cave.

Kong lo : Une rivière souterraine de 7 kilomètres de long, dans l’obscurité la plus totale. Pour y voire, nous nous équipons de torches. Nous montons dans une embarcation de fortune et commençons la découverte de cette grotte. En cours de route, une halte sur une partie non immergé : des stalagmites, des stalactites et une marche de deux cent mètres. Nous remontons dans notre embarcation, Il faut parfois sortir du bateau, car le niveau de la rivière est trop bas. Notre chauffeur nous abandonne un temps, pousse l’embarcation un peu plus loin. De temps en temps, il faut écumer l’eau qui s’infiltre dans le bateau.

La découverte de la grotte est passionnante. Seul la lumière de la torche nous permet d’y voire quelque chose. Le sommet de la grotte peut parfois atteindre jusqu’à 30 mètres. Nous finissons par sortir de la grotte et somme de nouveau ébloui par la lumière. Puis, il nous faut retourner dans la grotte pour retourner d’où nous venons.

Apres ca, il nous faut parcourir plus de 160 kilomètres nous séparant Thakek. La route pour y accéder est une route de montagne. Arrivé au sommet d’une de ces petites montagnes, nous apercevons une sorte de mirador, et décidons de nous y rendre. De la, nous avons une vue spectaculaire sur la région. Il nous fau en tout plus de 3 heures pour rentré et c’est finalement vers 16h que nous sommes de retour dans la ville.

Ces trois jours en scooter auront été passionnant et la région offre des paysages splendides. Le soir, nous partons à pied en direction du terminal de bus. Ce soir, nous voyagerons de nuit, direction Pakse.

Distance parcourus : 160  kilomètres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.