Montevideo : 09 au 10 Novembre 2013

Jour 1 :

Apres une nuit passée dans le bus, j’arrive à Montevideo, capitale uruguayenne. Il s’agit de mon cinquième pays d’Amérique du sud.  La capitale regroupe près de la moitié de la population du pays. Montevideo, fait pratiquement face à Buenos Aires.

N’ayant pas de carte de la ville, j’ai un peu de mal à me situer.  Je monte dans le premier bus que j’aperçois et qui dois m’amener dans le centre ville. Le bus me dépose à la plaza independancia. C’est ici que trône le « mausoleo de Artiagas », une statue de 17 mètres et pesant près de 3O tonnes.  Par chance, je croise un policier qui m’indique la direction de mon auberge et y dépose mes affaires.

L’auberge n’ayant plus de carte de la ville, m’indique l’office de tourisme le plus proche et je finis enfin par avoir une carte. Je peux commencer ma visite.

Je décide de me promener dans le centre historique, devenue aujourd’hui le quartier d’affaires. Ici des immeubles arts déco côtoient des grattes ciels. Je finis par me redirigé vers la place de l’indépendance. En sous sol de la statue se trouve le mausolée d’Artegas. Celui-ci est gardé par deux gardes d’honneur. La place est bordé au sud par le palacio Estevew, résidence présidentielle jusqu’en 1985. A lest de la place, le « palacio Salvo » est coiffé d’une tour spectaculaire de plus de 26 étages. Il s’agissait du plus haut immeuble du continent lors de son inauguration en 1927.

Enfin à l’opposé se dresse la « puerta de la ciudela », une arche en pierre qui reste l’un des rares vestiges de la citadelle coloniale détruite en 1833.

Je me rends ensuite dans le principal point touristique de la ville, la « ciudad vieja ».  La vieille ville autrefois fortifiée et construite sur un plan en damier, occupe la pointe est d’une péninsule situé entre le port et l’embouchure du fleuve.

Je commence ma visite par le théâtre « solis ». Il s’agit de la principale salle de spectacle de la ville et inauguré en 1856. Apparemment, l’architecture est similaire au théâtre Colon à Buenos Aires. Au cours de la visite, nous assistons à une petite représentation, fort sympathique.

Je traverse la place « constitucion » également appelé plaza Matriz. Cette place constituait le cœur de la ville coloniale. Elle est bordée par le cabildo (malheureusement en rénovation) et l’iglesia Matriz. Il s’agit du plus vieil édifice public de la ville, construite entre 1784 et 1799.

A l’extrémité de la péninsule, se trouve le « merca del puerto ». Il s’agit d’un imposant marché situé sous une imposante halle en fer forgé. A l’intérieur, on trouve principalement des restaurants.

En milieu d’après midi, je décide de retourner dans le centre ville. Malheureusement en chemin deux jeunes de 17 – 18 ans arrivent par derrière et essaye de me voler mon sac. Je résiste et mon sac se déchire en deux. Heureusement, ce jour la, je n’avais rien pris de précieux.  L’un des deux agresseurs réussit cependant à me prendre mon appareil photo qui était situé dans la poche de mon short et s’enfuit en courant avec. Instinctivement, je décide de courir après lui. J’arrive a son niveau, en courant je lui colle une droite qui le fait tomber, récupère mon appareil et pars en courant. Je pars récupérer mon sac resté au milieu de la rue, l’autre agresseur n’ayant sans doute rien trouvé d’intéressant dedans et retourne à mon auberge. J’ai sans doute réagit un peu bêtement mais les deux agresseurs faisaient ma taille et avait pas l’air bien costaud.

Tout au long de la journée j’avais trouvé qu’i y avait très peu de monde dans les rues. Et quant c’est arrivé j’étais dans une rue presque déserte. Il n’avait que trois ouvriers, mais ils n’ont pas bougé leurs petits doigts.

Ainsi après trois mois de Voyage, c’est en Uruguay que je me suis fait agresser. J’étais pourtant supposé être dans l’un des coins les plus touristiques de la ville. C’est la vie. Au final, par chance rien ne m’a été volé. Je dois simplement acheter un nouveau sac. Je me suis également légèrement fait mal à la main en le cognant. Mais bon, je pense qu’il a plus mal que moi en ce moment.

Apres cette mésaventure, je décide de retourner visiter la ville et me dirige vers le palais de justice. En fin d’après midi, je pars me promener sur la jetée.

Je passe la soirée à jouer au Uno avec d’autres personnes de l’auberge. Décidément ce jeu est vraiment populaire auprès des voyageurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 2

Pour mon second jour, je décide de longer la rambla et ses plages. Malheureusement, il ne fait pas très beau.  Reliant le centre aux plages, la rambla longe sur plusieurs kilomètres la cote vers l’est. Je parcours ainsi la cote sur environs 6 kilomètres. Je décide de retourner vers le centre et tombe en chemin sur un petit marché qui donne sur un parc assez joli.

En milieu d’après je retourne dans le centre ville. De nouveau par hasard, je tombe sur cette fois ci un énorme marché qui longe toute une rue sur au moins 1 kilomètres. Je passe toute l’après midi à flâner dans la marché.

En fin d’après midi, le soleil faisait enfin son apparition, je décide de retourner visiter les quartiers que j’avais bien aimé. J’en profite également pour retirer des dollars afin de profiter du taux intéressant du blue market.

Le soir, je prends un bus direction Colonia. J’y arrive vers 22H.

Montevideo est une ville assez joli à visiter mais qui ressemble beaucoup à Buenos Aires, mais en plus petit. La ville se visite assez rapidement. De plus, mon agression ne m’aura pas vraiment fait aimer la ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

4 réflexions sur “Montevideo : 09 au 10 Novembre 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s